Accueil Société

Les Mutualités chrétiennes veulent plafonner le prix des lunettes et des soins dentaires

Pour le patron des Mutualités chrétiennes, on doit profiter du boni du compte 2018 de l’assurance soins de santé.

Temps de lecture: 2 min

Les lunettes, les appareils auditifs et les soins dentaires. Ces trois secteurs des soins de santé coûtent cher aux patients. D’où cette proposition de Jean Hermesse, le patron des Mutualités chrétiennes. A quelques semaines des élections, il nous explique que notre système des soins de santé devrait s’inspirer du modèle français. « En dix mois, Emmanuel Macron a récemment réussi à concrétiser son système du “reste à charge zéro”, promis durant sa campagne. Pour ce faire, il a demandé aux mutualités de réfléchir à un plan de remboursement : la condition qu’elles ont imposée a été de mettre en place une régulation du secteur. Parce que si vous ne faites qu’augmenter les remboursements, le risque est que le secteur augmente aussi ses prix. »

En France, le prix des lunettes – verres et monture – a été plafonné à 200 euros (300 euros pour des lunettes à verres progressifs). Le tout, de bonne qualité et intégralement remboursé. Comment est-ce possible ? « En creusant un peu, on se rend compte que des verres de lunette, à la sortie des usines en Chine, coûtent en fait 3 euros », répond Jean Hermesse. « Ce qui explique leur prix de vente, à plusieurs centaines d’euros, ce sont les marges que réalisent les intermédiaires. » En Belgique, le chiffre d’affaires annuel de ventes de lunettes s’élève à 600 millions d’euros.

Adhérer à ce système de transparence

« Le remboursement n’est évidemment prévu qu’à condition d’adhérer à ce système de transparence et de régulation des prix. Pour mettre cela en œuvre, il faut une volonté politique forte », annonce Jean Hermesse.

Pour financer un tel projet, le patron des Mutualités chrétiennes a son idée : « Savez-vous que le compte 2018 de l’assurance soins de santé se clôture sur un boni de 154 millions d’euros ? Tous les secteurs sont en dessous de leurs objectifs budgétaires. Sauf le pharma (NDLR : les dépenses de médicaments à charge de l’Inami), en dépassement de 500 millions d’euros. S’il n’était pas sorti de son cadre, le boni du budget soins de santé serait de 654 millions d’euros. Il est hors de question que le dépassement du pharma soit payé par les autres secteurs ou par les patients. »

► Comment les Mutualités chrétiennes veulent plafonner le prix des lunettes et des soins dentaires. Par une proposition forte: des lunettes et des prothèses dentaires à zéro euro. L’entretien complet à lire sur Le Soir+.

Habitat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko