La Justice européenne valide le système d’arbitrage du Ceta

© Le Soir/Pierre-Yves Thienpont
© Le Soir/Pierre-Yves Thienpont

La Cour de Justice de l’Union européenne a validé, dans un avis rendu mardi à la demande de la Belgique, le système de règlement des litiges entre firmes et États prévu dans le traité de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta).

Elle confirme ainsi l’avis de son avocat général qui, fin janvier, avait estimé que « l’Accord économique et commercial global » (AECG, ou Ceta selon son acronyme anglais) ne portait pas atteinte à l’autonomie du droit de l’UE.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) a accueilli avec satisfaction l’avis de la Justice européenne. D’après lui, la Cour de Justice de l’UE a désormais « écarté les dernières préoccupations juridiques ».

«L’ensemble de la politique commerciale moderne de l’UE repose sur des bases solides», s’est réjoui le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA). Ce dernier affirme n’avoir jamais douté de la compatibilité du système d’arbitrage ICS avec le droit de l’Union, estimant que l’opposition wallonne au traité était «sans fondements».

Un compromis

À l’automne 2016, les entités francophones du pays, Wallonie en tête, avaient refusé leur délégation de signature au gouvernement fédéral pour souscrire au Ceta, jugeant que ce traité manquait de garanties sociales, sanitaires et environnementales.

Elles pointaient aussi du doigt de possibles atteintes au droit de l’Union dans le mécanisme d’arbitrage prévu pour régler les différends entre investisseurs privés et États, un mécanisme jugé trop favorable aux multinationales.

L’impasse politique avait conduit le gouvernement PS-CDH emmené par Paul Magnette (PS) à faire reporter la cérémonie de signature du Ceta entre le Canada et l’Union européenne, provoquant une crise diplomatique majeure et plaçant le Premier ministre Charles Michel (MR) en position inconfortable.

La crise avait été résolue par un compromis intra-belge passant par plusieurs déclarations interprétatives ainsi que par la saisine de la Cour de Justice de l’UE pour vérifier la compatibilité du système d’arbitrage avec les traités européens.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Mais je pense qu’on sort de certains livres différents de ce qu’on était en y entrant.
»

    Boris Cyrulnik au «Soir»: «Rien n’est plus vrai que la fiction»

  2. d-20171010-3HCC2E_high

    Le «Salvator Mundi», victime de la «course à l’armement artistique»?

  3. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite