Accueil Société

Soupçons de viol à Schaerbeek: la police utilise du gaz lacrymogène sur la foule, il y a un blessé (photos)

Plus tôt dans la journée, le procureur de Bruxelles a déclaré qu’aucun abus sexuel n’avait eu lieu à l’école sur une petite fille de quatre dont la maman avait trouvé du sang dans la petite culotte en revenant de l’établissement scolaire.

Temps de lecture: 2 min

La police est intervenue mardi en début d’après-midi pour disperser les quelque 250 personnes rassemblées devant l’école communale 1 de Schaerbeek, située rue Josaphat, a indiqué mardi Audrey Dereymaeker, porte-parole de la police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Evere). Une femme a été hospitalisée.

Des personnes étaient mobilisées devant l’école depuis le matin, en lien avec les suspicions d’abus sexuel sur une enfant de 4 ans scolarisée dans l’établissement.

►Soupçons de viol à Schaerbeek: la police caillassée par des parents en colère (vidéo)

Vers 11h00, l’échevin de l’Enseignement Michel De Herde a lu le communiqué du parquet de Bruxelles, dans lequel il est affirmé qu’aucun fait de moeurs n’a été commis sur l’enfant, ni aucune autre forme de violence. La blessure de l’enfant ayant occasionnée des pertes de sang serait liée à une infection, selon les experts mandatés.

Les manifestants ont mal réagi à cette déclaration. Des vitres de l’école ont été brisées, attestant de tensions entre les parents d’élèves et la direction. La police a dû intervenir pour disperser la foule. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés à une reprise durant la manoeuvre de dispersion. Une femme est tombée au sol. Par précaution, elle a été emmenée à l’hôpital.

►Suspicion de viol sur une petite fille de 4 ans scolarisée à Schaerbeek

Le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt a appelé au calme. «Il n’y a aucune raison de mettre en cause l’école, la sécurité des enfants ou l’encadrement pédagogique», a-t-il affirmé. «Je demande aux parents de maintenir leur confiance en l’école. Une rencontre est prévue jeudi avec les parents». Le maïeur estime que tous les services, sociaux et de police, ont bien fait leur travail. «Je ne peux que condamner la récupération politique qu’ont tenté certains candidats» avec cette affaire. «Certaines personnes ont diffusé de fausses informations et poussé à la bagarre et à la haine.»

►Soupçons de viol à Schaerbeek: «Rien n’indique qu’il y a eu abus sexuel», selon le parquet de Bruxelles

Habitat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Desprez Jean Luc, mardi 30 avril 2019, 21:55

    Que de la racaille d'importation et il est dommage qu'elle n'avait pas plus de g... avec le régime de leurs pays, heraus, dehors, buiten,

  • Posté par Surmont Willy, mardi 30 avril 2019, 19:25

    Où allons nous???On nous interdit de nous exprimer dés qu'il s'agit d'allochtones, mais l'inverse n'est pas vrai! Eux peuvent dénier nos valeurs et notre respect des conclusions d'enquète, mais eux se permettent de gueule...à qui mieux mieux!!!Mais où allons-nous???

  • Posté par Vandersleyen Thomas, mardi 30 avril 2019, 18:39

    Ca fait peur

  • Posté par Carre Stany, mardi 30 avril 2019, 17:49

    Très belles photos!

  • Posté par Boumal Michel, mardi 30 avril 2019, 17:42

    Supposons que la famille de l'enfant ait des doutes légitimes sur l'avis du parquet. Et qu'elle appelle à la manifestation. Soit. Manifester, donc exprimer son désarroi en le hurlant dans l'espace public. Mais jeter des pierres, provoquer des policiers, cela, rien ne peut l'excuser. Il faut tristement constater que la violence volontaire, délibérée et gratuite se banalise de jours en jours. Le monde paraît de plus en plus énervé. Cela n'augure rien de bon pour l'avenir de notre civilisation.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko