Accueil Monde France

Paris: pourquoi les propriétaires de «La Rotonde» craignent le 1er mai

La célèbre brasserie est fermée ce mercredi.

Temps de lecture: 2 min

«On a peur du syndrome du Fouquet’s». Les patrons de la brasserie La Rotonde, à Montparnasse, sont un peu nerveux en vue de la manifestation du 1er Mai pendant laquelle ils devront fermer, comme tous les commerces le long du parcours.

«On va fermer comme nous le demande la préfecture de police alors que c’est une des meilleures journées de l’année. Et tout le personnel est content de travailler car il est payé double !», pestent Serge et Gérard Tafanel, propriétaires du célèbre restaurant depuis 27 ans.

Situé au début du parcours de la manifestation mercredi, qui doit se dérouler du boulevard Montparnasse à la place d’Italie, le restaurant craint d’être ciblé comme «symbole macroniste», le chef de l’Etat y ayant célébré sa qualification au second tour de la présidentielle.

«On n’a pas peur des cortèges syndicaux mais des gilets jaunes et des black blocs», résume Serge Tafanel.

Des vitrines cassées en 2016

Lors des manifestations contre la loi Travail en 2016, «on avait eu des vitrines cassées mais là on craint que ce soit plus chaud», dit-il, avec en tête les images du Fouquet’s, pillé et brûlé lors de l’Acte 18 des «gilets jaunes» le 16 mars.

Des CRS vont stationner devant la brasserie mais «on ne veut pas qu’ils risquent leur vie pour une vitrine», ajoute-t-il.

Le personnel va travailler une bonne partie de la nuit pour installer des planches sur les vitres, déménager ce qui peut l’être comme les bouteilles de vin en évidence à l’entrée....

«Et on pourra même pas rouvrir demain soir car la société qui nous livre le matériel de protection ne travaillera pas demain», soupire Serge Tafanel.

Une baisse du chiffre d’affaires le samedi

Depuis le début du mouvement des «gilets jaunes», son frère Gérard constate «une baisse de chiffre d’affaires le samedi». «Les provinciaux et les banlieusards ne viennent plus sur Paris le samedi. Et les hôtels ont eu moins de touristes étrangers à nous envoyer», déplore-t-il.

Gérard Tafanel se demande néanmoins «si la meilleure protection n’aurait pas été de rester ouvert car on n’attaquerait peut-être pas des clients attablés».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une