Accueil Belgique Politique

Quand Jan Jambon évoque les «Wallons dans leurs hamacs»

Candidat au poste de Premier ministre, Jan Jambon ne cache pas les intentions de la N-VA.

Temps de lecture: 2 min

Après les élections, la N-VA mettra bien le confédéralisme à la table des négociations pour la formation d’un gouvernement fédéral», a assuré mardi soir Jan Jambon (N-VA) candidat au poste de Premier ministre. «Nous n’allons pas viser à ce que le pays soit ingérable, mais s’il s’avère ingouvernable, le confédéralisme peut être une solution pour sortir de l’impasse», a déclaré l’ancien ministre de l’Intérieur lors d’un débat électoral organisé par le magazine Knack sur «le communautaire» à Louvain.

«La situation dans laquelle se trouve le pays aujourd’hui est la moins idéale pour les deux parties du pays. Il y a des conflits insidieux constants parce que toutes deux souhaitent prendre des directions différentes dans un tas de domaines», a observé Jan Jambon.

Quelques compétences encore communes

Des compétences homogènes pour les entités fédérées seraient, d’après le nationaliste, un grand pas en avant. Son objectif étant un confédéralisme au sein duquel ces entités fédérées se concertent au sujet de ce qu’elles souhaitent encore faire ensemble. Pour la N-VA, cela se limite à la Défense, à la dette publique, à la TVA, aux accises, à la Cour constitutionnelle...

La sécurité sociale devrait aussi être scindée. L’ancien ministre fédéral a pris pour exemple, à nouveau, les «milliards de transferts» de la Flandre vers la Wallonie «qui maintiennent bien trop de Wallons dans leurs hamacs». Il a cité à cet égard, les entreprises de Flandre Occidentale qui se plaignent que les demandeurs d’emploi du Hainaut voisin ne semblent pas prêts à postuler pour des postes vacants.

La fin de la Belgique ?

Toutefois, Jan Jambon assure que pour la N-VA «la fin de la Belgique n’est pas sur la table» et qu’il est bien candidat à la fonction de Premier ministre d’un gouvernement fédéral, si son parti s’avère être le vainqueur des urnes au lendemain du 26 mai.

«En tant que ministre de l’Intérieur, j’ai prouvé que je peux appliquer un accord de gouvernement avec loyauté. En Wallonie, il y a eu des doutes au début à mon sujet pour cette fonction, mais après quelques années, ils se sont dissipés. Si nous souhaitons dégager un accord après les élections pour un nouveau gouvernement fédéral, je ferais à nouveau preuve de loyauté», a assuré M. Jambon.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Van Binst Arnaud, jeudi 2 mai 2019, 8:29

    Attention au réveil du client humilié dans son hamac !

  • Posté par Clodong André, mercredi 1 mai 2019, 8:16

    Un amaigrissement institutionnel francophone sérieux serait un bon début. Quoi qu'il en soit, le confédéralisme est en marche. Autant savoir.

  • Posté par Lucas Danièle, mercredi 1 mai 2019, 18:33

    en marche, nais pas instoppable!

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 1 mai 2019, 8:09

    La biodiversité est en chute libre, le réchauffement climatique risque de devenir irréversible et demande des actions urgentes et la NVA continue à regarder son nombril flamingant.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une