Il y a 25 ans, Ayrton Senna perdait la vie dans un tragique accident (vidéo)

Le 1er mai 1994, le pilote brésilien Ayrton Senna disparaissait en course sur le circuit d’Imola à Saint-Marin. Aujourd’hui, 25 ans après sa mort tragique, Senna reste une légende de la Formule 1, un mythe qui a inspiré bon nombre de pilotes qui l’ont succédé.

« Je crois qu’Ayrton n’appartient pas au milieu des célébrités, il l’a dépassé. Il est dans une catégorie mythique qui transcende le temps et l’espace », disait sa soeur Vivianne à l’AFP en 2014. Interrogé cinq ans plus tard sur le pilote qui l’a « inspiré » enfant, Lewis Hamilton ne dit pas autre chose. « Il est un héros et le restera toujours », estime le quintuple champion du monde britannique qui partage le mysticisme du Brésilien. « Je ne connaissais pas bien sa personnalité, donc c’est plus ce qu’il représentait, ce contre quoi il se dressait et ce dont était capable au volant que j’aimais ».

Ayrton Senna da Silva, né le 21 mars 1960 à Sao Paulo, a disputé 161 Grands Prix entre 1984 et 1994 pour un bilan remarquable : 65 pole positions, 41 victoires, 80 podiums, près de 3.000 tours de circuit bouclés en tête de la course et trois titres mondiaux avec McLaren en 1988, 1990 et 1991. Une carrière et une vie qui s’est brutalement arrêtée un dimanche de mai.

Un week-end meurtrier

Ce Grand Prix de Saint-Marin de 1994 avait mal débuté dès les essais libres le vendredi. Le Brésilien Rubens Barrichello, au volant de sa Jordan Hart, a fait une violente sortie de route à plus de 200km/h et a enchaîné plusieurs tonneaux. Il est transporté à l’hôpital, mais en est ressorti dès le lendemain. Comme un premier avertissement sur ce week-end qui a été tragique pour deux personnes.

Le samedi 30 avril, lors des qualifications, l’Autrichien Roland Ratzenberger est décédé après avoir perdu le contrôle de sa Simtek. Le tout, sous les objectifs des caméras qui diffusaient l’événement en direct à la télévision.

Tout le paddock est choqué et particulièrement Ayrton Senna, qui semblait avoir l’esprit ailleurs sur la grille de départ le dimanche 1er mai. Le Brésilien avait prévu de rendre hommage à son confrère en cas de victoire : il avait emmené un drapeau autrichien dans le cockpit de sa Williams Renault. Il en a finalement été autrement.

Au septième tour, à 14h17, dans la courbe de Tamburello, Senna a tiré tout droit et a percuté un mur en béton à 212 km/h. Les secours sont rapidement arrivés sur le lieu de l’accident, Senna est ensuite héliporté vers l’hôpital où son décès sera prononcé vers 18h30. La cause de son décès : sa suspension s’est brisée au moment de choc et un morceau est venu heurter sa visière.

Cette mort tragique à 34 ans a déclenché une onde de choc et a construit la légende de Senna. Ses funérailles au Brésil ont rassemblé des milliers de personnes à Sao Paulo. La Formule 1 a quant à elle profondément changé par après, avec des améliorations en termes de sécurité des monoplaces et des circuits.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite