Emin Ozkara, élu PS: «On est venu me chercher parce que j’étais d’origine turque»

Emin Ozkara, élu PS: «On est venu me chercher parce que j’étais d’origine turque»

Le parlement bruxellois a donné mardi son feu vert à l’unanimité à un projet d’ordonnance visant à renforcer, en les modernisant, les règles en matière de transparence des administrations bruxelloises. Onze députés se sont abstenus.

A l’approche du vote en séance plénière, le projet a provoqué des remous au sein du groupe PS. Le député Emin Ozkara a déposé plainte pour, selon lui, des «intimidations» de la part de plusieurs colistiers pour tenter de le faire renoncer au dépôt d’une proposition d’amendement -avancée selon lui par Transparencia- sur un des nombreux points de l’ordonnance, celui qui prévoit la remise d’une copie de la carte d’identité pour demander des documents à l’administration.

Dans sa plainte, M. Ozkara fait aussi état d’une récente visite nocturne, sans effraction, dans son bureau au cours de laquelle un objet de décoration a été endommagé.

Quel avenir au sein du PS ?

Qui de son avenir au sein du parti? Emin Ozkara a indiqué sur BX1 qu’il entendait rester au PS. «  J’ai commencé très tôt dans l’arène politique. Je suis rentré au parlement bruxellois en 2004, je ne viens pas d’une famille politisée, j’ai fait mes armes mais personne ne m’a épaulé. On ne m’a pas expliqué comment faire. ». Et de poursuivre après avoir retracé son parcours: « On est venu me chercher parce que j’étais d’origine turque. On m’a dit « tu ne communiques qu’avec la presse turque », « tu vas que dans les ASBL turques». Interrogé sur qui lui avait dit ça, l’élu a indiqué qu’il s’expliquerait après les élections. « Les formations politiques doivent arrêter d’aller chercher les candidats en fonction de leurs origines », a-t-il encore ajouté.

Sur le plan du contenu, le PS était loin d’être le seul à ne pas soutenir cette proposition d’amendement soutenue par Transparencia pour retirer l’obligation de produire une copie de carte d’identité lors d’une demande électronique de document à l’administration et largement rejetée au final.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite