Discriminations: les signalements d’homophobie en forte hausse

Au-delà des insultes et des agressions, Unia observe également, depuis quelques années, davantage de discrimination et de différence de traitement dans les biens et services.
Au-delà des insultes et des agressions, Unia observe également, depuis quelques années, davantage de discrimination et de différence de traitement dans les biens et services. - D.R.

En 2018, Unia a reçu 38% de plus de signalements d’actes homophobes par rapport à la moyenne des cinq années précédentes.

Pour Oliviero Aseglio, porte-parole de la Rainbow House Bruxelles, les chiffres d’Unia sont certes précieux – parce qu’ils sont les seuls disponibles – mais ils n’offrent qu’un aperçu très en-deça de la réalité: «Les chiffres absolus (125 signalements en 2018) sont ridicules. Le chiffre noir est énorme. Nous recevons encore beaucoup de personnes qui ne savent pas vers qui se tourner.» Dans son mémorandum pour les élections, la Rainbow house plaide pour d’importantes enquêtes de prévalence, qui permettraient de disposer de statistiques plus réalistes. «Tout comme vous trouverez peu de femmes qui ne se sont jamais fait harceler dans l’espace public, je ne connais aucun homo qui ne s’est pas déjà fait traiter de sale PD», résume Oliviero Aseglio.

Toutes nos informations sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous