Crise au Venezuela: Guaido appelle à la grève, Maduro jure de châtier les «traîtres»

© AFP
© AFP

L’opposant Juan Guaido a appelé mercredi à une grève générale et à une poursuite des manifestations au Venezuela dans l’espoir de chasser du pouvoir le président Nicolas Maduro, lequel a promis de châtier les « traîtres » responsables du soulèvement militaire raté de mardi.

Venezuela : violents heurts à Caracas après l’échec du soulèvement militaire

Une manifestante de 27 ans, Jurubith Rausseo, a été tuée d’une balle dans la tête pendant une manifestation contre M. Maduro mercredi à Caracas, a affirmé l’Observatoire vénézuélien des conflits sociaux, proche de l’opposition.

« Je m’engage à faire en sorte que ceux qui ont voulu tirer contre un peuple qui a décidé d’être libre se repentent de la mort (de Mme Rausseo). Tout cela doit s’arrêter », a réagi M. Guaido sur Twitter.

46 blessés lors des affrontements

Les services sanitaires du quartier de Chacao à Caracas, contrôlé par l’opposition, ont par ailleurs fait état de 46 blessés, dont deux par arme à feu, dans de nouvelles échauffourées entre forces de l’ordre et manifestants, en marge d’un défilé des partisans de Juan Guaido dans la capitale. La veille, des affrontements avaient déjà fait au moins un mort et des dizaines de blessés, selon le gouvernement et l’opposition.

Jets de pavés et cocktails Molotov, barricades incendiées : près de la base militaire aérienne de La Carlota, d’où Juan Guaido avait assuré mardi avoir le soutien d’un groupe de soldats, des dizaines de protestataires au visage couvert ont fait face mercredi aux forces de l’ordre, qui ont riposté par des tirs de gaz lacrymogène.

Venezuela : les ambassadeurs sans ambassade d’un président sans palais

Après plusieurs heures d’affrontements, une trentaine de protestataires ont mis le feu à une camionette et l’ont lancée contre les grilles de la base, selon des journalistes de l’AFP sur place. Un manifestant a tiré en direction des militaires, et ces derniers ont riposté de plusieurs rafales.

« Nous vivons un enfer »

« Nous vivons un enfer. Je fais confiance au peuple de la rue pour faire exploser la marmite », déclarait à l’AFP Evelinda Villalobos, une manifestante de 58 ans.

Si les habitants de Caracas sont sortis en masse en soutien à M. Guaido, ce dernier ne semble pas avoir réussi son pari de faire de cette journée du 1er-Mai la « plus grande manifestation de l’histoire du Venezuela ».

« Demain, nous allons accompagner la proposition de grève tournante (faite par les travailleurs) pour arriver à la grève générale », a déclaré devant des milliers de partisans l’opposant de 35 ans, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite