De plus en plus de jeunes travailleurs malades de longue durée, selon une étude de Partena

Photo d’illustration ©Le Soir
Photo d’illustration ©Le Soir

Les jeunes entre 25 et 44 ans, les femmes ainsi que les employés travaillant dans des entreprises de plus de 199 personnes sont de plus en plus malades pour une longue durée, ressort-il jeudi d’une étude du secrétariat social Partena Professional. Cette enquête vient tordre le cou aux idées reçues, selon lesquelles l’augmentation croissante de l’absentéisme de longue durée ces dernières années concerne surtout les 50 ans et plus.

Depuis 2014, le pourcentage de malades de longue durée âgés entre 25 et 44 ans a augmenté de 27 %, contre une croissance de 5 % chez les personnes âgées entre 55 et 64 ans. La hausse du nombre de malades de longue durée chez les femmes s’élève, quant à elle, à 30,83 %.

Burn-out : 10 signes qui ne trompent pas

L’étude de Partena montre par ailleurs que les grandes entreprises (plus de 199 travailleurs) paient un lourd tribut à la multiplication des malades de longue durée puisque l’augmentation des absents en leur sein atteint 37 %, contre moins de 10 % pour les petites entreprises (moins de 10 personnes).

De plus en plus de malades de longue durée

De manière générale, les absences pour cause de maladie de longue durée ne cessent d’augmenter. Ainsi, depuis le début de la législature du gouvernement Michel, fin 2014, le nombre de malades de longue durée a subi une hausse de 20 %, selon des chiffres de l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami) cités par Partena.

« Cet accroissement est d’autant plus inquiétant que les sources de maladies de longue durée semblent loin d’être évidentes », explique Angela Leone, Talent Partners Expert chez HR Partners (filiale de Partena Professional). Alors que, « dans le cas des personnes plus âgées, nos clients nous indiquent surtout une invalidité physique, les jeunes se plaignent surtout du ’trop plein’», relève-t-elle.

Un nouveau record de malades de longue durée en Belgique

Pression, burn-out…

Les jeunes ressentiraient en effet davantage de pression, non seulement au travail, mais aussi dans la sphère privée. « Ils se disent également être à la recherche de plus d’autonomie. Il semblerait toutefois que la digitalisation et le working anywhere ne contribuent pas forcément à ce sentiment d’autonomie », pointe-t-elle.

Un stage de survie pour lutter contre le burn-out ?

Parmi les autres facteurs d’absence souvent mentionnés, on retrouve le burn-out, ainsi qu’une mobilité de plus en plus lourde et l’emplacement du lieu de travail.

L’étude du prestataire de service RH Partena Professional a été réalisée à partir d’un vaste échantillon de 15.740 employeurs et de 151.282 travailleurs sur la période allant du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2018.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite