Les expos qui se terminent au mois de mai

Bernard van Orley à Bozar.
Bernard van Orley à Bozar.

Jusqu’au 6 mai

Vincent Beeckman, « Claude et Lilly », jusqu’au samedi 4 mai à la Galerie Jacques Cerami (Charleroi) : notre visite

« Night fever », jusqu’au dimanche 5 mai à l’Adam (Laeken) : notre visite

Pierre Bonnard, « The colour of memory », jusqu’au lundi 6 mai à la Tate Modern (Londres) : notre visite

Vasarely, jusqu’au lundi 6 mai au Centre Pompidou (Paris) : notre visite

Jusqu’au dimanche 12 mai

Jacques Meuris, Meggy Rustamova et Erika Paquay (photo) au Musée de la photographie (Charleroi) : notre visite * * *

Patrick Willocq, « Songs of the Walés », au Musée de la photographie (Charleroi) : notre visite * * *

Olivier Cornil, « Dans mon jardin les fleurs dansent », au Musée de la photographie (Charleroi) : notre visite * * * *

Berlinde De Bruyckere, « It almost seemed a lily », au Musée Hof van Busleyden (Malines) : notre visite * * *

Angelica Mesiti, « Quand faire c’est dire », au Palais de Tokyo (Paris) : notre visite * * * *

Jusqu’au dimanche 19 mai

Dernières expositions avant le début des travaux à Kanal (Bruxelles) : notre visite

Thérèse Lebrun, « Herbier de porcelaine », au Jardin botanique de Meise : notre visite * * *

« Dutch spring », aux Musées royaux des Beaux-Arts (Bruxelles) : notre visite * * * *

Jusqu’au dimanche 26 mai

Arnold Grojean et Lynn Vanwonterghem, chez Contretype (Saint-Gilles) : notre visite * * *

Bernard van Orley, « Bruxelles et la Renaissance », à Bozar (Bruxelles) : notre visite * * * *

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite