Accueil Monde France

Attaque ou repli? L’incident dans un hôpital parisien en marge du 1er Mai qui pose question

Une trentaine de personnes ont été placées en garde à vue à la suite d’une intrusion dans l’enceinte de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. D’abord qualifié d’intrusion violente, l’épisode tient davantage du repli de manifestants pour éviter les gaz lacrymogènes des policiers.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Mais que s’est-il réellement passé mercredi à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière, en marge du défilé du 1er Mai à Paris ? Les faits, d’abord. Ce mercredi, une trentaine de personnes ont été placées en garde à vue à la suite d’une intrusion dans l’enceinte de l’établissement. Le parquet de Paris a ouvert une enquête. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner qualifie l’épisode « d’attaque ». Là où l’affaire se complique : les versions des autorités, des manifestants et du personnel hospitalier et de la direction de l’hôpital… divergent. Fortement. Et le qualificatif « d’attaque » apparaît, au fil des vidéos, en dehors des réalités.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Millet yves, samedi 4 mai 2019, 21:10

    Le REFUGE recherché par les personnes pourchassées par la RÉPRESSION POLITIQUE FÉROCE, ne se trouve pas à L'ENTRÉE DE L'HÔPITAL comme le suggère avec la force de l'évidence LA Photo AFP choisie par "LE SOIR" : NON, il s'agit de l'arrière-cour de l'Hôpital et de l'issue de secours avec son escalier de sortie du bloc de réanimation. Les informations mensongères qui découlent de cette vue biaisée ou oblique à 180° entrainent les commentaires çi-dessous des Sieurs WILPUTTE, NORBERT et WILLY. Si ç'avaient été leur mère, leur épouse ou leur soeur ces messieurs auraient ouvert tout grande la porte...Espérons-le !

  • Posté par LIENARD NORBERT, jeudi 2 mai 2019, 21:08

    Quoi qu il en soit ils n ont pas à entrer dans un hôpital

  • Posté par Van Steen Willy, vendredi 3 mai 2019, 8:53

    Tout à fait d'accord.Si vous connaissez les lieux, il y a suffisamment d'espaces et de rues pour se réfugier ailleurs que dans l' hôpital! Le souci, c'est que les français adorent polémiquer à propos de tout et de rien et qu'il faut du sensationnel pour assouvir leurs soifs de critiques et de contestations!

  • Posté par Brasseur Michel, jeudi 2 mai 2019, 19:29

    Je peux comprendre que des citoyens veuillent échapper aux gaz lacrymogènes et aux coups de la police. Entrer dans in hôpital me semble donc une bonne idée. Mais c'était sans compter sans les crs masqués et intouchables qui eux, ne respectent ni la tranquillité des lieux, ni l intégrité physique des manifestants.

  • Posté par Wilputte Jacques, jeudi 2 mai 2019, 20:19

    Je pense que vous devriez envisager les choses sous plusieurs angles. Les policiers qui interviennent - et dont l'intégrité physique est loin d'être respectées par des manifestants - , que voient-ils ?, que savent-ils ? . Ils voient un groupe de manifestants qui "fonce" vers l'entrée d'un hôpital . ils ont quelques secondes pour réagir et donc doivent envisager une attaque sur l'hôpital et interviennent sans ménagement pour sauver le personnel de l'hôpital. Une erreur excusable vu la violence usuelle des révolutionnaires gilets jaunes alliés des black blocs . Ce n'est qu'après que la situation sera, j'espère, mieux comprise.

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs