Européennes 2019: Orban et Salvini sur la voie d’une «coopération» anti-immigration après les européennes

Européennes 2019: Orban et Salvini sur la voie d’une «coopération» anti-immigration après les européennes

Le Premier ministre national-conservateur hongrois Viktor Orban et le patron de l’extrême droite italienne, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, ont annoncé jeudi à Budapest vouloir engager une «coopération» après les européennes autour d’une ligne anti-immigration.

>A Milan, Viktor Orban désigne Matteo Salvini comme son «héros»

«Nous recherchons clairement une coopération avec M. Salvini, sous une forme qui devra être définie», a déclaré le dirigeant hongrois au cours d’une conférence de presse commune. «Je suis convaincu que l’Europe a besoin d’une alliance de partis anti-immigration».

Issus de deux familles politiques différentes et de deux groupes parlementaires distincts au Parlement européen, MM. Orban et Salvini ont souligné avoir une ligne commune dans ce dossier.

Ils se sont rendus ensemble jeudi à la frontière serbe, où ils ont inspecté la clôture antimigrants érigée à l’initiative du Premier ministre hongrois en 2015, montant dans un mirador et survolant le dispositif en hélicoptère.

Toujours membre du Parti populaire européen (PPE, droite), dont il est suspendu depuis mars en raison de dérapages europhobes, M. Orban a redit son souhait de voir cette formation, à laquelle appartient notamment le CDU allemande, «coopérer avec les partis anti-immigration».

A défaut, «il va être difficile pour nous de trouver notre place» au sein de ce parti après le 26 mai, a-t-il ajouté. «Il serait préférable pour l’Europe que ce ne soit pas Macron, mais Orban et Salvini qui soient aux commandes» concernant le contrôle des frontières, a-t-il estimé.

Meeting souvrainiste le 18 mai

Numéro 2 et véritable homme fort du gouvernement italien, M. Salvini, un allié du Rassemblement national français dirigé par Marine Le Pen, ambitionne de fédérer le maximum de forces souverainistes pour former «le plus important groupe» au Parlement européen après les élections du 26 mai.

A défaut de pouvoir s’allier officiellement à M. Orban avant le scrutin, il a souligné son souhait de travailler avec lui au sein du futur Parlement. «Pour la première fois dans l’histoire de l’UE, une nouvelle majorité peut être formée en laissant de côté le PPE et les socialistes», a-t-il martelé.

M. Orban, qui doit recevoir le vice-chancelier d’extrême droite autrichien Heinz Christian Strache la semaine prochaine avant de rendre visite au président américain Donald Trump à Washington le 13 mai, avait dit le mois dernier vouloir également se rapprocher du parti conservateur polonais PiS au pouvoir.

M. Salvini organise un grand meeting souverainiste européen à Milan le 18 mai. M. Orban n’a pas précisé pour le moment s’il comptait y participer.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite