Un Belge sur deux prêt à renvoyer les réfugiés dans une dictature

© Belga
© Belga

Le constat de la nouvelle étude de la fondation Ceci n’est pas une crise est sans appel : les Belges rejettent en masse les réfugiés. Cette enquête réalisée sous la direction du sociologue Benoît Scheuer auprès d’un échantillon représentatif de la population du Royaume interpelle. La majorité des sondés juge que la Belgique accueille trop de demandeurs d’asile, prône le refoulement des réfugiés, est opposée au regroupement familial… Seul un petit tiers des répondants estime que les réfugiés ne viennent pas pour profiter du système. La question de l’enfermement des enfants est plus partagée (43 % en faveur – 42 % contre). Et seuls 20 % des répondants sont d’accord avec l’idée de refuser l’aide médicale d’urgence aux réfugiés. Ce rejet massif se manifeste aussi envers les hébergeurs : une moitié des sondés veulent interdire l’accueil de « réfugiés en situation illégale ».

L’enquête, intitulée « Les réfugiés, l’Europe déchirée et les amnésiques », démontre au passage le lien entre la perception des réfugiés et le positionnement des répondants vis-à-vis de l’Union européenne. Plus une personne est favorable à une Europe forte, plus elle se montre ouverte à l’accueil de réfugiés. L’étude explique : « A l’exception de minorités radicales, le rejet des autres relève probablement davantage d’un sentiment de ne pas être protégé, de craindre avant tout une menace culturelle, un déclassement social et économique, une peur de perdre son statut. »

Près d’un sondé sur deux se dit d’accord avec la proposition suivante : « Je suis favorable au renvoi chez eux des réfugiés arrivés illégalement sur notre territoire, même si on les renvoie dans des pays dictatoriaux, comme par exemple, le Soudan. » Ils ne sont que 37 % à avoir répondu n’être pas d’accord avec cette affirmation.

► Pourquoi un tel rejet? Les préjugés sur les réfugiés sont-ils vrais? Notre dossier sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite