Un Belge sur deux prêt à renvoyer les réfugiés dans une dictature

© Belga
© Belga

Le constat de la nouvelle étude de la fondation Ceci n’est pas une crise est sans appel : les Belges rejettent en masse les réfugiés. Cette enquête réalisée sous la direction du sociologue Benoît Scheuer auprès d’un échantillon représentatif de la population du Royaume interpelle. La majorité des sondés juge que la Belgique accueille trop de demandeurs d’asile, prône le refoulement des réfugiés, est opposée au regroupement familial… Seul un petit tiers des répondants estime que les réfugiés ne viennent pas pour profiter du système. La question de l’enfermement des enfants est plus partagée (43 % en faveur – 42 % contre). Et seuls 20 % des répondants sont d’accord avec l’idée de refuser l’aide médicale d’urgence aux réfugiés. Ce rejet massif se manifeste aussi envers les hébergeurs : une moitié des sondés veulent interdire l’accueil de « réfugiés en situation illégale ».

L’enquête, intitulée « Les réfugiés, l’Europe déchirée et les amnésiques », démontre au passage le lien entre la perception des réfugiés et le positionnement des répondants vis-à-vis de l’Union européenne. Plus une personne est favorable à une Europe forte, plus elle se montre ouverte à l’accueil de réfugiés. L’étude explique : « A l’exception de minorités radicales, le rejet des autres relève probablement davantage d’un sentiment de ne pas être protégé, de craindre avant tout une menace culturelle, un déclassement social et économique, une peur de perdre son statut. »

Près d’un sondé sur deux se dit d’accord avec la proposition suivante : « Je suis favorable au renvoi chez eux des réfugiés arrivés illégalement sur notre territoire, même si on les renvoie dans des pays dictatoriaux, comme par exemple, le Soudan. » Ils ne sont que 37 % à avoir répondu n’être pas d’accord avec cette affirmation.

► Pourquoi un tel rejet? Les préjugés sur les réfugiés sont-ils vrais? Notre dossier sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite