Un Belge sur deux prêt à renvoyer les réfugiés dans une dictature

© Belga
© Belga

Le constat de la nouvelle étude de la fondation Ceci n’est pas une crise est sans appel : les Belges rejettent en masse les réfugiés. Cette enquête réalisée sous la direction du sociologue Benoît Scheuer auprès d’un échantillon représentatif de la population du Royaume interpelle. La majorité des sondés juge que la Belgique accueille trop de demandeurs d’asile, prône le refoulement des réfugiés, est opposée au regroupement familial… Seul un petit tiers des répondants estime que les réfugiés ne viennent pas pour profiter du système. La question de l’enfermement des enfants est plus partagée (43 % en faveur – 42 % contre). Et seuls 20 % des répondants sont d’accord avec l’idée de refuser l’aide médicale d’urgence aux réfugiés. Ce rejet massif se manifeste aussi envers les hébergeurs : une moitié des sondés veulent interdire l’accueil de « réfugiés en situation illégale ».

L’enquête, intitulée « Les réfugiés, l’Europe déchirée et les amnésiques », démontre au passage le lien entre la perception des réfugiés et le positionnement des répondants vis-à-vis de l’Union européenne. Plus une personne est favorable à une Europe forte, plus elle se montre ouverte à l’accueil de réfugiés. L’étude explique : « A l’exception de minorités radicales, le rejet des autres relève probablement davantage d’un sentiment de ne pas être protégé, de craindre avant tout une menace culturelle, un déclassement social et économique, une peur de perdre son statut. »

Près d’un sondé sur deux se dit d’accord avec la proposition suivante : « Je suis favorable au renvoi chez eux des réfugiés arrivés illégalement sur notre territoire, même si on les renvoie dans des pays dictatoriaux, comme par exemple, le Soudan. » Ils ne sont que 37 % à avoir répondu n’être pas d’accord avec cette affirmation.

► Pourquoi un tel rejet? Les préjugés sur les réfugiés sont-ils vrais? Notre dossier sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite