Un Belge sur deux prêt à renvoyer les réfugiés dans une dictature

© Belga
© Belga

Le constat de la nouvelle étude de la fondation Ceci n’est pas une crise est sans appel : les Belges rejettent en masse les réfugiés. Cette enquête réalisée sous la direction du sociologue Benoît Scheuer auprès d’un échantillon représentatif de la population du Royaume interpelle. La majorité des sondés juge que la Belgique accueille trop de demandeurs d’asile, prône le refoulement des réfugiés, est opposée au regroupement familial… Seul un petit tiers des répondants estime que les réfugiés ne viennent pas pour profiter du système. La question de l’enfermement des enfants est plus partagée (43 % en faveur – 42 % contre). Et seuls 20 % des répondants sont d’accord avec l’idée de refuser l’aide médicale d’urgence aux réfugiés. Ce rejet massif se manifeste aussi envers les hébergeurs : une moitié des sondés veulent interdire l’accueil de « réfugiés en situation illégale ».

L’enquête, intitulée « Les réfugiés, l’Europe déchirée et les amnésiques », démontre au passage le lien entre la perception des réfugiés et le positionnement des répondants vis-à-vis de l’Union européenne. Plus une personne est favorable à une Europe forte, plus elle se montre ouverte à l’accueil de réfugiés. L’étude explique : « A l’exception de minorités radicales, le rejet des autres relève probablement davantage d’un sentiment de ne pas être protégé, de craindre avant tout une menace culturelle, un déclassement social et économique, une peur de perdre son statut. »

Près d’un sondé sur deux se dit d’accord avec la proposition suivante : « Je suis favorable au renvoi chez eux des réfugiés arrivés illégalement sur notre territoire, même si on les renvoie dans des pays dictatoriaux, comme par exemple, le Soudan. » Ils ne sont que 37 % à avoir répondu n’être pas d’accord avec cette affirmation.

► Pourquoi un tel rejet? Les préjugés sur les réfugiés sont-ils vrais? Notre dossier sur Le Soir+

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite