Accueil Monde Union européenne

La Hongrie prive de nourriture des demandeurs d’asile déboutés: «Un scandale absolu», dénonce Verhofstadt

Selon Guy Verhofstadt, le Parti populaire européen devrait « exclure immédiatement Viktor Orbán ».

Temps de lecture: 2 min

La Hongrie prive délibérément de nourriture des demandeurs d’asile déboutés dans l’attente de leur expulsion, en violation du droit international, a annoncé ce vendredi à Genève, le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies. « C’est un scandale absolu et ne devrait pas être sans conséquences », a réagi ce vendredi soir l’ancien-Premier ministre Guy Verhofstadt sur Twitter.

« Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU (HCDH) est alarmé par les informations selon lesquelles des migrants se trouvant dans des centres de détention en Hongrie ont été délibérément privés de nourriture, en violation des lois et des normes internationales », a déclaré Ravina Shamdasani, porte-parole du HCDH, lors d’un point de presse.

Européennes 2019: Orban et Salvini sur la voie d’une «coopération» anti-immigration après les européennes

Les services de la Haut-Commissaire Michelle Bachelet ont appelé les autorités à mettre fin à cette pratique. « Selon les informations disponibles, depuis août 2018, au moins 21 migrants en attente d’expulsion ont été privés de nourriture par les autorités hongroises, dont certains pendant cinq jours maximum », a ajouté Mme Shamdasani.

« Stopper les subsides du gouvernement hongrois »

Selon Guy Verhofstadt, la Commission européenne devrait immédiatement mettre fin aux subsides que perçoit le gouvernement hongrois. « Et le Parti populaire européen devrait exclure Viktor Orbán immédiatement », a-t-il écrit ce vendredi sur le réseau social.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lahaye Olivier, samedi 4 mai 2019, 8:10

    Mr Verhofstadt, il ne vous reste qu'une chose à faire: priver la Hongrie de TOUTES les subventions européennes , pas dans deux ans mais immédiatement.

  • Posté par Carré Albin, samedi 4 mai 2019, 0:10

    Le monde du big business a voulu intégrer à l'UE au plus vite des pays et régions qui n'étaient et n'y sont toujours pas prêtes et dont les valeurs sont encore trop divergentes des nôtres. Un processus progressif mais long aurait été un obstacle aux affaires juteuses des transnationales. Une Europe sociale intégrée est évidemment bien moins rentable. Les "élites" politiques ayant fusionné avec les lobbies, le résultat est visible dans l'Europe entière, populisme, etc... Merci Mr Verhofstadt & consorts!

  • Posté par Vigneron Gérard, samedi 4 mai 2019, 5:28

    L' Europe a effectivement voulu grandir trop vite en s' ouvrant à des pays qui ne partageaient pas ses valeurs et qui socialement n' étaient pas ds des conditions acceptables. Aujourd' hui nous en payons les conséquences ( dumping, populisme ), vote de lois mais possibilité de blocage car unanimité nécessaire ....

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une