Élections 2019: le PCF et le PTB manifestent contre la fraude fiscale à la frontière franco-belge

Élections 2019: le PCF et le PTB manifestent contre la fraude fiscale à la frontière franco-belge

Ils empochent, nous produisons » : le parti communiste (PCF) et le Parti des travailleurs de Belgique (PTB) ont mené samedi une action commune à la frontière franco-belge pour dénoncer l’évasion fiscale, trois semaines avant les élections européennes.

Munis de drapeaux des deux partis et de pancartes, les manifestants – 200 selon la police, 400 à 500 selon les organisateurs – ont remonté la « rue des milliardaires » à Néchin, connue pour abriter les résidences de familles fortunées venues profiter d’une fiscalité plus avantageuse. Plusieurs membres de la famille Mulliez, propriétaire d’une vaste galaxie d’entreprises de distribution, dont Auchan et Décathlon, y vivent.

« Cours, Mulliez, on vient te chercher », ont scandé les manifestants en passant devant leurs résidences, tandis que des tracts sous forme de faux billets de 500 euros étaient distribués dans les boîtes aux lettres.

Taxe et impôts sur les plus grosses fortunes

« Aujourd’hui, on a une espèce de dumping fiscal qui fait que l’Union européenne fonctionne comme une passoire fiscale », a déclaré à l’AFP le Français Ian Brossat, tête de liste du PCF aux élections européennes du 26 mai, qui regrette que « des tas d’ultrariches et de multinationales se débrouillent pour ne pas payer l’impôt là où ils devraient le payer ».

« Il est temps d’en finir avec cette logique, de mettre en place une harmonisation fiscale par le haut à l’échelle de l’Europe, parce que l’évasion fiscale c’est 1.000 milliards d’euros qui partent en fumée chaque année à l’échelle de l’UE, c’est 2.000 euros volés à chaque citoyen d’Europe », a-t-il ajouté.

« Dans l’Europe que nous rêvons, nous voulons zéro fraude fiscale. Nous voulons que tout le monde paye un juste impôt parce que l’impôt c’est ce qui permet de vivre ensemble, de financer des hôpitaux, des maternités, des routes, des écoles », a souligné Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et député du Nord.

A leurs côtés en tête de cortège figurait également le député et porte-parole du PTB Raoul Hedebouw, selon lequel l’UE « roule pour les plus riches ».

En France, le PCF propose notamment la réinstauration de l’impôt sur la fortune (ISF) tandis qu’en Belgique, le PTB-PVDA veut créer une taxe pour les fortunes de plus d’un million d’euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite