La ministre De Block mise en demeure de légaliser le cannabis et CBD à usage médical

© Photo News
© Photo News

Des consommateurs de cannabis et cannabidiol (CBD) à des fins médicales ont mis en demeure le gouvernement belge, et plus particulièrement la ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld), de légaliser et rembourser l’usage thérapeutique de ces substances. Le délai imparti à la ministre expire ce dimanche. Jusqu’à présent, les utilisateurs, réunis au sein de l’ASBL WeAreSofie, n’ont reçu aucune réponse.

L’association WeAreSofie estime que toute personne avec une ordonnance devrait avoir accès au cannabis et CDB thérapeutique. «Nous avons fourni à la ministre près de 12.000 études sur le cannabis thérapeutique mais elles se sont retrouvées à la poubelle», avance le président Jasper Antonissen.

L’ASBL a mis officiellement la ministre en demeure mais n’a reçu aucune réponse. Le délai était fixé au 5 mai, soit demain/dimanche. L’organisation a dès lors lancé un crowdfunding, un financement participatif, afin de rassembler la somme de 4.000 euros et pouvoir lancer une éventuelle procédure judiciaire.

Une marche se tiendra à Bruxelles dimanche pour demander la légalisation du cannabis thérapeutique.

►Légaliser le cannabis pourrait rapporter 150 millions à l’Etat belge

L’ASBL WeAreSofie doit nom à Sofie Voncken, une patiente souffrant d’épilepsie qui utilise du cannabis à des fins médicales afin de réduire ses attaques. Le mois dernier, le fournisseur en CBD de Sofie a été condamné à une amende de 8.000 euros.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite