Bruxelles: la rue Belliard désormais réduite à quatre bandes de circulation (photos)

La rue Belliard à Bruxelles compte désormais une bande de circulation en moins : une piste cyclable protégée doit être installée de chaque côté d’ici lundi prochain.

Cette nouvelle infrastructure cycliste doit contribuer à rendre plus fluide le trafic cycliste de la toute proche rue de la Loi, artère parallèle surchargée. La suppression d’une bande de circulation rue Belliard, un axe très usité des navetteurs, ne devrait pas entraîner de problèmes d’embouteillages supplémentaires, une fois les automobilistes habitués, indique le cabinet du ministre. « La question a fait l’objet d’analyses il y a quelques années. On a même fait le test avec trois bandes et avec quatre, la capacité est suffisante », assure Mathias Dobbels, porte-parole du ministre Smet.

Si la piste cyclable ne sera accessible qu’à partir du 12 mai, les automobilistes ne peuvent déjà plus circuler que sur quatre bandes, a constaté un de nos journalistes sur place.

© Bastien Doyen - Le Soir
© Bastien Doyen - Le Soir

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite