Bruxelles: après De Lijn, la Stib déplace ses arrêts de bus situés gare du Nord

© Sylvain Piraux
© Sylvain Piraux

Dès mardi, la Stib va déplacer « temporairement » ses arrêts de bus situés gare du Nord à cause de la situation sanitaire et sécuritaire jugée dangereuse, a indiqué lundi An Van hamme, porte-parole de la société de transports bruxelloise, confirmant une information du journal L’Echo.

De Lijn à la gare du Nord : « Le fédéral laisse le problème pourrir sur place », estime Bernard Clerfayt

Depuis ce lundi matin, les chauffeurs de bus De Lijn ne font plus halte aux arrêts situés à proximité de la gare du Nord. Ils craignent d’attraper l’une des maladies se propageant parmi les migrants en transit qui squattent les abords de la gare. Des cas de gale et de tuberculose ont, en effet, été constatés.

« La situation sanitaire se détériore »

« La situation sanitaire se détériore et pour assurer le confort de nos voyageurs ainsi que des chauffeurs, nous avons aussi décidé d’agir en déviant des lignes de bus », indique la porte-parole de la Stib. Les changements auront lieu à partir de demain/mardi jusqu’à nouvel ordre.

Bus De Lijn à Bruxelles-Nord : « Tout le monde se bouge, sauf Maggie de Block », estime Médecins du monde

Concrètement, l’arrêt du bus 61 sera déplacé sur la place du Nord, devant la passerelle, tandis que celui du bus 20 se fera au niveau du boulevard Simon Bolivar, en face du grand escalier.

Des réunions en interne vont avoir lieu dans les prochains jours pour évaluer la situation, a conclu An Van hamme.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite