Accueil Belgique

Elio Di Rupo a la même plume depuis vingt ans

Le président du Parti socialiste consulte Jean Moulin, politologue de formation, quand il doit écrire un discours.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Le président du PS s’est toujours appuyé sur des « plumes » pour rédiger ses interventions publiques. L’écriture d’un discours se fait chez lui en plusieurs étapes, comme un long ping-pong. Après avoir réalisé un premier canevas, Elio Di Rupo, envoie ce que l’on pourrait qualifier de « brouillon » au directeur du centre d’étude du PS. Gilles Doutrelepont, le directeur, est chargé de répondre à toutes les questions pratiques que lui pose le président et vérifie qu’il n’y aucune erreur factuelle dans ce qu’il raconte. « Sur la base de ces informations, je retravaille le texte, je le mets en forme », explique Elio Di Rupo. « Il faut que ce que je dise soit logique et “disable”. » C’est là que peut intervenir Maxime Hardy, son porte-parole. « Parfois, il y a des phrases kilométriques à la Proust », reconnaît le président du PS qui raconte mettre jusqu’à dix jours pour achever un texte comme celui qu’il a lu à la tribune le 1er mai.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs