Fraude au carrousel TVA: 405 millions d’euros de perdu en 10 ans

© Le Soir/Roger Milutin
© Le Soir/Roger Milutin

Le dommage subi en Belgique à cause des carrousels TVA a bondi à près de 45 millions d’euros en 2018, contre 17 millions l’année précédente, selon l’enquête GrandTheftEurope menée par le Tijd, en collaboration avec le consortium international Correctiv, et publiée mardi dans L’Echo.

Les carrousels tournent aussi à plein régime en Roumanie, en Grèce, en Italie mais également en France. Des impôts soustraits au Trésor public par des criminels en récupérant de la TVA à laquelle ils n’avaient pas droit.

En Belgique, le dommage subi a bondi l’an dernier à 44,83 millions d’euros, un montant largement supérieur aux 17 millions d’euros de perte accusée en 2017.

Les fraudeurs ont privé les finances publiques de notre pays de 405 millions d’euros au cours de ces dix dernières années. L’année noire à cet égard a été 2009, avec plus de 93 millions d’euros détournés.

Apparus la fin des années 1990, les carroussels à la TVA portaient sur les GSM, les microprocesseurs et les cartouches d’encre. Depuis lors, une centaine de produits sont concernés dont le pétrole, le biodiesel, les cathodes de cuivre, les billes de plastique-polymère, le platine, les métaux précieux jusqu’aux produits de base, comme le sucre et la viande. Des services ont également servi à alimenter des carrousels TVA, comme les droits, les certificats et les services de télécommunication.

Sur le même sujet
FraudeBudget de l'État
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite