Vaste opération de police à travers toute la Belgique pour démanteler une organisation criminelle

Photo prétexte © Photo News
Photo prétexte © Photo News

Quelque 200 perquisitions ont eu lieu dans toute la Belgique, principalement en région bruxelloise, dans le Brabant flamand et le Hainaut, a indiqué mardi matin le parquet fédéral. Plus de 30 personnes ont été interpellées. Elles sont suspectées d’escroquerie et d’organisation criminelle, qui ont fait plusieurs centaines de victimes en Belgique.

« Il s’agit principalement de malversations présumées liées à la vente de véhicules sur Internet », a précisé le parquet. « Les victimes ont parfois subi des menaces ou même des actes violents. » Les suspects ont été mis à la disposition du juge d’instruction.

Arnaque à la vente de véhicules

Le mode opératoire des malfrats variait peu : ceux-ci contactaient des personnes désireuses de vendre leur véhicule et leur faisaient une offre. Ils ne chicanaient pas sur le prix et réglaient la somme due via une application pour smartphone, ou exhibaient une fausse preuve de paiement par virement. Ce n’est que plusieurs jours après la transaction que les victimes se rendaient compte de la supercherie, ne voyant pas l’argent arriver sur leurs comptes. Les escrocs s’étaient pour leur part déjà évanouis dans la nature et les véhicules avaient été envoyés à l’étranger.

La plupart des suspects seraient originaires d’Europe de l’est.

Il s’agit de l’une des plus grandes opérations policières menées au cours de ces 20 dernières années, selon le parquet. Près de 1.200 agents issus des polices fédérale et locales ont été mobilisés, dirigés par la police judiciaire fédérale de Bruxelles. Des drones et deux hélicoptères ont également été utilisés.

La gendarmerie française s’est en outre déployée autour de sept sites situés à proximité de la frontière belge.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite