Sur le fil

« Skin » , 2019. Thread on canvas. 3 times 140 × 80 × 4 cm ; 551/8 × 311/2 × 15/8 in.
« Skin » , 2019. Thread on canvas. 3 times 140 × 80 × 4 cm ; 551/8 × 311/2 × 15/8 in. - D.R.

En 2015, elle enflammait la 56e Biennale de Venise au moyen d’une installation rouge sang, formée de plus de cent mille clés suspendues à des fils, tissant une grotte arachnéenne au milieu duquel flottaient deux barques, faisant du pavillon japonais le lieu le plus photographié de la célébrissime manifestation. Ce printemps, elle montre une œuvre tout aussi saisissante à Berlin, où elle vit depuis plus de vingt ans : Beyond Memory investit le Gropius Bau au moyen de 780 km de laine blanche tissant un spectaculaire ciel de pensées emprisonnées qui flotte au-dessus du public. Au même moment, Chiharu Shiota est à nouveau présente en Belgique, avec son troisième solo show bruxellois chez Daniel Templon. Elle y présente une installation inédite, créée spécialement pour l’espace de la galerie : Black Rain déploie une forêt de parapluies noirs pétrifiés par une pluie de latex et de fils de laine – métaphore criante du cancer qui a rongé l’artiste voici 14 ans, au moment même où sa carrière internationale démarrait. Une expérience qui s’est inscrite en elle d’autant plus violemment qu’une récidive est venue compléter le drame quelques années plus tard, comme le rappel à l’ordre de l’extrême imbrication entre la vie et la mort : « Un orage se profile à l’horizon. Les nuages s’assombrissent. Ce n’est pas une pluie fine, rafraîchissante qui nettoierait l’atmosphère pour rendre la vie à la terre, c’est une catastrophe naturelle, sur le point de menacer mon existence. Le ciel noir absorbe toute lumière, toute vie. Sous le parapluie, le bruit de l’averse devient plus fort, assourdissant. La pluie est devenue noire, mes émotions ternes, mon existence incertaine. » Masse suspendue, l’œuvre enveloppe le visiteur sous une chape obscure, à la fois menaçante et rassurante, inquiétante et onirique. Cette pluie noire comme le goudron, rendue tangible par le latex et l’aquarelle, l’artiste l’a complétée de boules de coton gangrénées évoquant la prolifération des cellules cancéreuses : une mise à nu de la peur et de l’épée de Damoclès permanente qui nous rassemble, nous, humains : « Depuis ma maladie, j’ai travaillé constamment, créant de nouvelles installations et voyageant pour de nouvelles expositions. J’étais si préoccupée par la vie que j’avais oublié à quel point elle était limitée. La vie et la mort sont bien plus étroitement liées qu’on ne le pense. Je ne peux pas échapper à la mort mais je me suis rendu compte que ma force venait de cette confrontation. Vivre c’est endurer la souffrance. C’est notre histoire. J’ai choisi de transformer cette souffrance en quelque chose de nouveau, qui donne de l’espoir. »

Horizons matiéristes

A cette œuvre colossale, tragique et compacte, qui a nécessité comme toujours un long travail de préparation in situ , s’ajoutent une belle série de dessins (tous vendus), de toiles et de sculptures plus petites, aux matériaux inattendus – bronze, doré, verre rouge sang, fils rouges et blancs, papier. Mentionnons les créations en bronze où la main de l’artiste est envahie de cellules textiles rouges, comme de petits cocons cancéreux emprisonnant des fragments de comprimés médicamenteux. Tout ici est à la fois charnel, organique, graphique et extrêmement maîtrisé. Les sculptures en fil rouge – une série découverte ici même lors de la précédente exposition de Shiota en 2016 – témoignent d’une impressionnante maîtrise de l’espace et des volumes.

Née à Osaka au Japon en 1972, Chiharu Shiota s’est formée comme peintre et performeuse avant de travailler dans l’atelier de Rebecca Horn et de devenir l’élève de Marina Abramovic dans les années 1990. Parmi ses sources d’inspiration, elle revendique l’influence de Louise Bourgeois, Eva Hesse et Ana Mendieta. Son œuvre mêle performance, body art et installation, plaçant le corps au centre de sa pratique sculpturale. Ces dernières années, Shiota s’est fait connaître par ses réseaux labyrinthiques en nuées de fils et a exposé dans le monde entier ; elle a également conçu les décors de l’opéra Matsukaze mis en scène par Sarah Waltz à Bruxelles en 2011, ainsi que ceux de Tristan et Iseult pour l’Opéra de Kiel en Allemagne.

Chiharu Shiota. Black Rain , jusqu’au 1er juin,

Galerie Daniel Templon, 13 A rue Veydt, 1060 Bruxelles, 02-537.13.17, du mardi au samedi de 11 à 18 h, www.danieltemplon.com

Prix entre 7.000 et 110.000 euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite