Caroline Lamarche reçoit le prix Goncourt de la nouvelle

Caroline Lamarche.
Caroline Lamarche. - Marie-Françoise Plissart.

Caroline Lamarche a été récompensée, ce mardi, par le Goncourt de la nouvelle 2019 pour Nous sommes à la lisière (Gallimard). Deux autres titres étaient en compétition : L’Oiseau Parker dans la nuit de Yanick Lahens (Sabine Wespieser) et Les Polaroïds d’Eric Neuhoff (Le Rocher).

« La lisière entre le monde animal et les sentiments humains est le lieu imaginaire dans lequel se développent les nouvelles, écrivait Pierre Maury dans Les Livres du Soir en février. Elles installent la confusion dans la manière dont le monde se révèle, parfois se trouble comme une eau obscurcie par la vase. »

Ces neuf nouvelles nous placent en effet à la lisière de deux mondes, là où se croisent humains en déroute et animaux semi-sauvages. Chacun tente de rejoindre l’autre, mais l’on ne sait qui, de la bête ou de l’humain, est en quête de protection.

« Le coup de foudre »

« Ça a été le coup de foudre, celui que j’attendais sur l’amour, la vie et la mort », a réagi Didier Decoin, secrétaire général de l’Académie Goncourt. Caroline Lamarche avait reçu le Prix Victor Rossel en 1996 pour Le jour du chien (Minuit).

Par ailleurs, le jury Goncourt a aussi attribué deux autres prix. Celui du premier roman va à Marie Gauthier pour Court vêtue (Gallimard). Celui de la poésie va à Yvon Le Men pour l’ensemble de son œuvre, et plus particulièrement ses livres parus chez Bruno Doucey comme Une île en terre (2015) et Le poids d’un nuage (2017).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite