Villégiature: Your Nature, où l’expérience primera sur les mètres carrés

Cette maison de modèle «
Treeloft
» est sans aucun doute la plus impressionnante de la gamme de Your Nature installée sur le site à ce jour. Le bois y est dominant mais la raideur de l’escalier n’est pas accessible à tous les publics.
Cette maison de modèle « Treeloft » est sans aucun doute la plus impressionnante de la gamme de Your Nature installée sur le site à ce jour. Le bois y est dominant mais la raideur de l’escalier n’est pas accessible à tous les publics. - D.R.

Nous sommes dans le domaine du Bois de Péronnes, à Antoing en province du Hainaut. Face à nous s’étend une forêt de 280 hectares dont on nous dit qu’elle appartenait jadis aux princes de la famille de Ligne.

Çà et là, on aperçoit des cabanons d’ouvriers, des bulldozers et des grues, signes d’un chantier « in progress ». Le soleil sort péniblement mais c’est un bien pour la visite car il donne à l’endroit des allures de petit paradis sur terre.

À l’été 2020 s’ouvrira ici Your Nature, un éco-resort unique en Belgique, voire en Europe. Plusieurs phases sont prévues. Elles prévoient dans un premier temps 188 logements et 5 bâtiments collectifs et récréatifs, qui permettront au site d’accueillir ses premiers vacanciers. Mais une fois les deux autres phases achevées, le projet global comprendra 575 unités d’hébergement, des piscines intérieure et extérieure, un restaurant, un centre bien-être, des salles de séminaire, des zones de jeux, un centre équestre et même… un aérodrome pour planeurs et montgolfières.

À ce jour, Péronnes Invest, le levier opérationnel de ce méga-projet qui vaudra le détour, a invité récemment la presse pour lever le voile sur les 50 premières maisons déjà construites. « On installe sur le site presque une maison par jour », révèle fièrement François Mary, le CEO de Your Nature. « Elles sont entièrement construites en usine à Mariembourg et à Etalles et sont livrées telles quelles par convoi exceptionnel. Une fois posées, il ne reste plus qu’à monter la cuisine et achever les finitions… »

En se promenant (en voiturette de golf) à travers le domaine, on aperçoit des kilomètres de tranchées creusées à même la forêt. Sept kilomètres de voiries et autant de kilomètres de clôture sont en préparation. À terme, le domaine sera équipé en eau potable, électricité et même fibre optique. « Le budget de la phase 1 avoisine les 80 millions d’euros », poursuit François Mary, un homme qui a abandonné l’univers Disney à Paris pour prendre la direction d’Antoing il y a un peu plus d’un an. « 44,5 millions viennent des banques (NDLR : BNP Paribas Fortis et Belfius), 3 millions de subsides européens, 4,5 millions ont été accordés par la Wallonie et le reste provient des capitaux des actionnaires. Toutes nos maisons sont destinées à la vente. À ce jour, 133 ont été prévendues sous compromis. En clair, dès que les maisons seront connectées à l’eau et à l’électricité, elles passeront devant le notaire et les actes définitifs pourront être signés. »

Les acquéreurs sont locaux et donc wallons. Prudents, et même hostiles au projet au début, ce qui a entraîné de nombreux retards au lancement, ils ont fini par se laisser séduire. « Nous allons attaquer à présent les Flandres et Bruxelles. Nous ne doutons pas du succès de notre manœuvre. Nous avons notamment une liste de 90 investisseurs prêts à nous rejoindre dans l’aventure. »

Your Nature collabore déjà avec 25 agences immobilières réparties sur la Belgique, l’Allemagne, l’Angleterre et les Pays-Bas. Un contrat de collaboration vient d’être signé avec Hugo Ceusters-SCMS, groupe immobilier qui se chargera d’étendre la recherche d’acquéreurs auprès d’acteurs institutionnels comme les banques, les assureurs et les fonds de placement.

Le modèle d’investissement concocté par Péronnes Invest est alléchant puisqu’il prévoit un rendement net garanti de 5 % pendant 20 ans. Et puisqu’on parle ici d’un projet touristique, on balaie les taxes et la TVA d’un revers de la main. « En contrepartie, le propriétaire cède l’usufruit de sa maison pendant 20 ans. Il a droit à 4 séjours personnels par an : une semaine libre et 3 périodes en basse saison qui s’étalent du dimanche soir au jeudi soir », précise François Mary.

Le reste du temps, les hébergements seront confiés à Dream Hotel Group, un groupe américain qui possède 20 hôtels et resorts touristiques à travers le monde. Réalisant un chiffre d’affaires annuel de 1,6 milliard d’euros et cherchant à se développer en Europe, Jay Stein, son patron, dit avoir été séduit par le côté unique de Your Nature, un projet avant tout respectueux de la nature. Dream Hotel Group agira comme exploitant touristique du site. « Le domaine sera ouvert toute l’année », jure François Mary. « Nos clients seront en majorité belges, français, allemands, hollandais et anglais mais d’autres nationalités ne doivent pas être exclues. La clientèle loisirs devra réserver pour un minimum de 2 ou 3 nuits, mais nous misons beaucoup sur l’organisation de séminaires. Il y a aujourd’hui une très grosse demande du marché pour se réunir dans des lieux ouverts et au vert. »

Le prix des hébergements s’étend, à la louche, de 155.000 euros pour les « lodges » (2 chambres) à 495.000 euros pour les « flower residences » (3 chambres), le best of de la panoplie prévue dans le Bois de Péronnes. Les autres membres de la gamme se nomment « Treeloft », « Cottage », « Leaf House » et « Lake House », certaines maisons ayant le privilège d’être plantées au bord d’un lac où il sera toutefois (un crime !) interdit de se baigner (le pédalo sera par contre accepté).

Des maisons proprement dites, on dira que si aucune n’est grande, elles possèdent toutes l’espace minimum nécessaire et suffisant pour passer des vacances que l’on imagine paisibles, en pleine communion avec la nature grâce à de larges baies vitrées et à l’aménagement de terrasses pour une immersion encore plus réelle.

Une chose est sûre : à Péronnes, on n’achète pas des mètres carrés mais bien une expérience à part en même temps qu’un rendement garanti.

Les maisons « lodges » sont des suites-hôtel de 41 m2 en forme de voilier. Elles sont couplées deux par deux et leur utilisation, seule ou en binôme, est combinable pour accueillir jusqu’à deux fois 2 personnes. Elles n’offrent pas le même degré d’intimité que les modèles plus recherchés de la gamme (leaf, lake et flower).

Pour une lake house, avec vue et pieds sur et dans le lac, il faut débourser 375.000 euros pour 3 chambres et 2 salles de bain. Aucun tarif de location n’a été communiqué pour l’instant.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Grand-Place se déconfine. En mode élargi, les terrasses ne sont pas encore remplies.

    Berezina pour le tourisme à Bruxelles

  2. Dans l’horeca, certains établissements laissent leurs salariés en chômage temporaire. Et font appel à des étudiants et des flexijobs.

    Chômage, job étudiant...: comment le Covid a crispé le monde du travail

  3. Le Luxembourg pourrait rapidement retourner «
au vert
» si les indicateurs prenaient en compte les non-résidents testés positifs qui font grimper les chiffres.

    Le Luxembourg, en zone orange, est-il victime de son dépistage massif?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 32: le fantasme

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    On s’est rendu compte que le Covid-19, ce sale virus dégueulasse, oppressant et mesquin, s’était insinué partout, mais partout dans notre inconscient, nos fantasmes et nos rêves les plus coquins.

    Prenez les plus bateaux, les plus communs, les plus évidents : le fantasme du lieu public, celui de la salle de gym, des transports en commun, du divan du psy ou du bureau de la prof d’allemand, le fantasme du sauna, de la backroom, de l’avion, du parc, de l’ascenseur, du cinéma, les fantasmes où on est plein, le plan à 3, 4, 5, 6, 10 où tout le monde porte un masque mais pas un stupide FFP2, non, un masque comme dans Eyes Wide Shut de Kubrick, avec des inconnu.e.s croisé.e.s dans l’obscurité et quand les lumières se rallument, tout le monde a disparu.

    Mais comment voulez-vous que ça fonctionne encore ? A peine vous laisserez-vous aller à la rêverie qu’une énorme alarme se...

    Lire la suite

  • C’est une certaine idée du contrat social qui se délite

    On devait s’y attendre. Et pourtant, on se surprend à être surpris. Les points de friction entre employeurs et salariés autour des différents aspects des mesures Corona étaient prévisibles : assimilation du chômage temporaire à une période de préavis, remplacement de salariés par des emplois « low cost », refus de reconnaître le droit au retrait invoqué. A ces « incidents », il fallait s’attendre.

    Parce qu’aucune règle ne sera jamais assez précise pour être totalement...

    Lire la suite