Accueil Planète Climat

Anne Muxel, sociologue: «Le climat, un nouvel espace de mobilisation pour les jeunes»

Les manifestations de ce début d’année apportent quelque chose de relativement neuf, selon Anne Muxel. Les priorités des jeunes allaient, avant, à d’autres thématiques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 5 min

Voilà plusieurs années que la sociologue française Anne Muxel répète que les jeunes ne sont pas dépolitisés mais politisés autrement. Elle a vu cet hiver émerger les manifestations pour le climat, en Belgique surtout, mais aussi en France. Des mobilisations qui, quelque part, selon elle, ressemblent à d’autres menées au nom de valeurs universalistes. Anne Muxel prendra la parole le 8 mai à Bozar à l’occasion de la conférence-débat organisée par la fondation P&V sur le thème de la revitalisation de l’action collective des jeunes.

L’actualité belge a été rythmée ces derniers mois par des mobilisations en faveur du climat. Au sein de celles-ci, les plus jeunes ont eu une part très active. Est-ce que cela vous a surpris ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par WEISSENBERG ANDRE, mercredi 8 mai 2019, 15:31

    Une sociologue chasse l'autre, au SOIR ... Après les platitudes et les simplifications de Benoît Scheuer, d'autres platitudes reposant sur les simples constatations que peut faire tout un chacun. On détectera bien une amorce d'analyse intéressante, relative à l'asymétrrie de l'information dont sont victimes en particulier les jeunes (ou plutôt de la simplification à outrance de l'information et de l'unilatéralisme de cette information, formatée pour les réseaux sociaux et le plus osuvent propagée (recrachée telle quelle, plutôt ...) par les grands médias, comme par exemple le SOIR ...), mais ça ne va de nouveau pas plus loin, pas au-delà du simple constat. CQFD. Une analyse plus profonde aurait été intéressante. Pourquoi les jeunes se contentent-ils aussi facilement d'une information somme toute superficielle? Problème de formation? L'enseignant ne fait-il pas on travail? Problème d'origine sociale? Causer "climat", c'est la frime totale! Moindre capacité critique? C'est un écolo qui l'a dit, donc c'est vrai ... (!) Propension plus grande à céder à l'effet de troupeau? Le climat, le climat et encore le climat ... Surtout que c'est une matière d'une "effroyable complexité à laquelle personne ne comprend rien, sauf les experts ..." et qu'on ne peut rien y faire qui produise un effet immédiat. Personne ne peut venir vous empoisonner la vie en venant affirmer (comme en politique économique ..) que "ce n'est pas efficace" ou "les marchés vous ont donné tort" ... Bref, c'est le rêve pour les agitateurs de tout poil! C'est oublier que le bon sens est toujours là, et qu'écouter ce dernier est souvent plus profitable que d'écouter les soi-disant experts.

  • Posté par WEISSENBERG ANDRE, mercredi 8 mai 2019, 15:00

    Oui, oui, rien de nouveau dans tout ça. On a été jeune aussi, et romantique et sensible aux injustices et aux inégalités. Mais quand même pas con au point de succomber - comme tant d'autres - à la propagande gauchiste latente de l'époque, relatant par exemple les "épopées" de soi-disant "héros" ou "martyrs" de gauche comme le Che ... ou transformant carrément l'Union soviétique en modèle vertueux! La "lutte contre le changement climatique", c'est cette nouvelle imposture à vocation totalitaire, cette idéologie, ce levier de pouvoir, ce prétexte à restreindre la liberté de tout un chacun (avant les libertés tout court) au profit des quelques privilégiés d'une nouvelle Nomenklatura, mis en oeuvre notamment par la gauche. C'est la résurgence des vieilles ambitions anti-système de cette dernière ainsi que des vieilles prophéties, malthusiennes, ou autres: la société court inévitablement à sa perte, Ca a déjà commencé. Surtout, avec le rabâchage des nouveaux mantras (ton énergie tu ne prendras que dans le vent ou dans le soleil, tu marcheras ou rouleras seulement à vélo ou en transport en commun, tu ne consommeras plus de viande, tu mettras un pull et tu crèveras de froid en hiver, etc ...) ainsi qu'avec le lavage de cerveau qu'on fait subitr à la jeunesse.... Pourtant, la seule et véritable urgence consiste à mettre tout en oeuvre pour s'adapter au changement climatique. Il n'y a pas de thermostat miraculeux caché dans un coin sur lequel on pourrait agir pour ralentir, stopper (voire inverser, tant qu'à faire ...) le changement climatique en cours. Dame Nature ne se laisse pas berner par les apprentis-sorciers qui nous chantent "c'est pour demain", "c'est presque trop tard", comme les grand-prêtres (ou plutôt les gourous ...) et tous les charlatans surfant sur la crainte de la fin du monde. Ne venez pas dire que vous n'étiez pas prévenus ... et lisez l'excellent article du point consacré à l'ouvrage de l'ingénieur suédois Staffan Qvist à-propos de la transition énergétique façon suédoise ainsi que les artciles du Spiegel de cette semaine consacrés à l'échec de la transition énergétique "à l'allemande". Si, si, c'est justement celle dont se sont inspirés les concepteurs de la politique belge en la matière, celle qui nous vaut cette absurde loi de sortie du nucléaire et ces objectifs tout aussi absurdes de 50% de renouvelable en 2025 (et de 100% en 2050!) ainsi que les factures énergétiques les plus élevées d'Europe derrière l'Allemagne ... Plus que temps de remettre tout ça à plat et de déjouer les plans "éco-socialistes"! Quel meilleur moment pour ce faire, que les élections qui approchent!

Aussi en Climat

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs