Accueil Culture

Une histoire de doudoune et de littérature

Une idée à débattre : la bande dessinée, est-ce une forme de littérature ? Ils se sont tous retrouvés autour de la table, les lauréats et le jury, rejoints par la romancière Ariane Le Fort, membre du jury du Prix Rossel.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La BD semble dériver de la littérature, commence Frank Le Gall, mais dans le roman, c’est le style qui fait l’œuvre, alors que le style n’est pas le fer de lance de l’écriture dans la BD. On y est plus reconnaissable à son histoire. Je ne me sens pas, quand j’écris, descendant de Victor Hugo ou Alfred de Musset. La BD est à part. Et descend d’une foule d’autres arts. »

Pour Mathieu Burniat, c’est le cinéma. « Je ne pourrais pas écrire un roman, un film, si. » Pour Bernard Yslaire, c’est le théâtre : « Dans les années 60, les héros de BD avaient une fonction, une profession et étaient tous positifs, vantaient le progrès etc. Le jour où mon père, qui était critique de théâtre, m’a emmené à huit ans voir Othello, j’ai eu un choc. Des sentiments, une profondeur psychologique : c’était Charybde et Scylla, l’opposé de ce que je trouvais en BD. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs