Accueil Monde Europe

G7: et si l’Europe n’était plus assise à la table des grands?

Les Européens commencent à s’inquiéter de la potentielle perte de leur place au sein du groupe des économies les plus riches du monde. Les enjeux sont massifs.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Les prévisions économiques présentées mardi par la Commission européenne le disent sans détour : la croissance de l’UE pâtit du contexte international baigné d’incertitude.

Outre la reprise économique molle, certains pays européens commencent à s’inquiéter du fait que d’autres économies émergentes dépasseront bientôt l’Europe en termes de richesse. Selon une étude de PwC de 2017, la Chine sera largement la plus grande puissance du monde en 2030. La France et le Royaume-Uni seront dépassés par le Mexique et l’Allemagne perdra deux places dans le peloton de tête. En 2050, l’Allemagne ne sera même plus dans les sept économies les plus riches du monde.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par BRASSIENE Jean-Louis, mercredi 8 mai 2019, 8:45

    L'UE a commis la lourde erreur de jouer aveuglément la carte du modèle américain depuis la fin de la seconde Guerre mondiale. La disparition du maoïsme et la chute du mur de Berlin, avec dans sa foulée le démantèlement du bloc soviétique, ont renforcé dans le monde occidental l'idée que seul ce modèle était viable. Personne ne s'est demandé si l'oncle Sam était vraiment un partenaire crédible sur le long terme en dépit des éléments attestant le contraire. Le plus révélateur étant l'invasion de l'Irak sur base de mensonges avec des ADM fictives. Les bombardements sur le Cambodge sous l'ère Nixon. On le voit encore aujourd'hui avec l'Iran, la montée des populismes et nationalismes avec Trump. Washington est devenu un géant aux pieds d'argile qui roule des épaules et balaie régulièrement d'une revers de la main les règles les plus élémentaires en matière de droit international sachant que personne n'osera (pour l'instant) s'opposer à cette forme d'emprise presque totalitaire qui s'est imposée au fil des années. Ce serait bien pour l'UE d'en tenir compte plutôt que de continuer à mettre stupidement ses œufs dans le même panier depuis presque trois quart de siècle.

  • Posté par Joute Dodo, mercredi 8 mai 2019, 16:25

    Retournez bavasser à Moscou. Jouer la carte du modèle américain, c'est vite dit, et c'est très erroné.La construction de l'Europe ne suit pas cette grille d’interprétation. Le partenariat avec les USA depuis plus de 50 ans nous a montré que les américains sont des partenaires crédibles, sur lesquels nous pouvons bâtir. A l'opposé de la Russie qui a opprimé pendant plus de 50 ans des millions d'européens de l'est et réprimé tout développement économique durable. A l'opposé de la Russie qui a un PNB plus petit que celui de l'Espagne et qui ne devrait à ce titre aussi ne plus faire partie du G7. A l'opposé de Poutine qui n'a plus rien à apprendre de personne en terme de totalitarisme. Le fait qu'outre à Moscou, on ait aussi un psychopathe débile à Washington est bien malheureux, mais ne remet pas en cause les choix des derniers 50 ans.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs