Accueil Opinions Éditos

Julie et Valentin, des enjeux pour le prochain gouvernement

La Justice n’est que le service après-vente des dysfonctionnements de la société.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Le meurtre de l’étudiante anversoise Julie Van Espen par un délinquant sexuel récidiviste renvoie à la Justice une part de la responsabilité de cette tragédie. Cette mise en cause immédiate se fonde sur la certitude que si Steve Bakelmans avait été en prison, sa route n’aurait pas croisé celle de la jeune femme.

Ces reproches sont audibles. Ils traduisent surtout l’inconcevabilité d’une Justice qui ne serait pas protectrice, capable tout à la fois d’assumer la répression des crimes, de sauvegarder les plus faibles, de prévenir la commission des infractions et la réitération de celles-ci.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Dutilleux Vincent, mercredi 8 mai 2019, 13:46

    Les différents partis aux commandes de la justice depuis 1980 : PS PRL PSC CVP VLD CDNV OPENVLD. Merci Messieurs Dames.

  • Posté par Nica Petre, mercredi 8 mai 2019, 10:59

    "Le social n’a pas bonne presse. Les « investissements productifs » les plus rentables sont pourtant ceux qui concernent l’enfance, la lutte contre la pauvreté, l’exclusion sociale, la désocialisation, l’enseignement. Autant de placements à haute valeur ajoutée qui éviteraient à la Justice de continuer à ramasser les miettes d’une société." Ceci devrait être placardé comme publicité éléctorale pour les partis progressistes et pour montrer ce que le gouvernement suédoise n'a pas pu ou voulu faire et mettre en place. Combien des victimes de l'exclustion, de la misère, de l'inadéquation avec la démocratie dite civilisée vous faut-il encore avant de réagir. C'est clair qu'un sans abris n'a pas beaucoup de pouvoir éléctoral mais s'il est arrivé là avant une resposabilité personnelles c'est surtout une conséquence du rejet, de la non anticipation familial, sociétal et social. Une fois dans la rue il est beaucoup plus difficle et coûteux de raaméné la brebis galeuse dans le troupeau. Anticipation et prévention à tous les niveaux devrait être une priorité et une valorisation du social avant le rentable et le politiquement correct qui dans ce cas de figure devient incorrect et lamentable. L'homme avant la machine et la machine avant les gains financiers lesquels de moyens sont devenus des UNIQUES objectifs même au detriment des employés, élèves, malades etc

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 8 mai 2019, 8:39

    On peut se rassurer. Monsieur Geens s'exprime sur canvas à l'instant (c'est son électorat) et assure que la Justice va bien et que tout est parfait.

  • Posté par Lange Daniel, mercredi 8 mai 2019, 8:22

    Cette triste affaire nous rappelle deux choses élémentaires. La première que le climat n'est pas la seule priorité qu'il y en a d'autres d'immédiates et de très urgentes, ce n'est pas facile à dire dans ce climat médiatique unidirectionnel. La deuxième c'est que les carcans budgétaires doivent être cassés, il faut en finir avec cette idéologie teutonne, il faut faire les investissements indispensables, il ne faut pas gaspiller mais il faut réparer et vite avant de couler.

  • Posté par MARTIN Roland, mercredi 8 mai 2019, 8:46

    Jamais aucun politicard n'admettra qu'il a gaspillé les deniers publics, même dans les pires gabegies.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs