Des armes fabriquées en Wallonie tuent au Yémen

©D.R
©D.R

La Belgique contrôle-t-elle avec assez de rigueur ses exportations d’armement et d’équipement militaires ? Sait-elle qui en sont les destinataires finaux et l’usage qui en est fait ?

Durant plus de deux mois, des journalistes du Soir, de Knack et de la VRT, épaulés par les médias indépendants Lighthouse Reports et Bellingcat, ont analysé des milliers de documents librement accessibles sur internet, de rapports, de photos, de vidéos, de cartes satellites.

Cette enquête, qui est baptisée #BelgianArms, confirme que des armes et composants d’armement made in Belgium ont été utilisés au Yémen, dans un conflit armé dont la population civile est la première victime. Ces équipements ont été livrés à l’Arabie saoudite, couverts par des licences octroyées par la Région wallonne, et n’étaient pas censés être utilisés en dehors du territoire saoudien.

Oui, l’industrie wallonne nourrit la guerre au Yémen

Pour en conclure que, oui, l’industrie wallonne mais aussi flamande nourrit cette guerre au Yémen dont la population civile est la première victime ; oui, des blindés légers ont récemment été vendus à la monarchie bahreïnie bien que celle-ci ait fait montre d’une rare violence à l’égard des manifestations pacifistes de 2011 ; oui, des armes belges sont utilisées par les cartels mexicains pour faire régner la terreur ; oui, des Belges ont aménagé des stands de tir aux Emirats arabes unis, un des pays les plus impliqués dans la guerre au Yémen. Oui, confirme l’enquête collective #BelgianArms, nos exportations d’armes pèchent par manque de contrôle et de transparence.

Quant au pistolet FN Five-Seven, pour lequel onze licences avaient été octroyées par la Wallonie au Mexique en 2015 et 2016, il est particulièrement apprécié par les cartels de drogue locaux. Ceux-ci surnomment l’arme de Herstal « Mata Policías » (« celui qui tue les policiers ») tant elle est réputée se moquer des gilets pare-balles et autres protections utilisées par les forces de l’ordre…

La Belgique, fournisseur d’armes officiel et controversé : notre enquête à découvrir sur Le Soir+

Des armes belges impliquées dans le conflit au Yémen, l’une des plus grandes crises humanitaires

Des blindés belges pour réprimer les manifestations au Bahreïn

Des stands de tir aux Emirats arabes unis imaginés par une entreprise limbourgeoise

Le pistolet FN Five-Seven, une arme prisée par les cartels mexicains

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. C’était la dernière journée d’audition avant la trêve, jeudi au Congrès américain. Une série de témoignages ont accablé le président Donald Trump tout au long de la semaine.

    Etats-Unis: la procédure de destitution atteint son «moment Watergate»

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite