Des armes fabriquées en Wallonie tuent au Yémen

©D.R
©D.R

La Belgique contrôle-t-elle avec assez de rigueur ses exportations d’armement et d’équipement militaires ? Sait-elle qui en sont les destinataires finaux et l’usage qui en est fait ?

Durant plus de deux mois, des journalistes du Soir, de Knack et de la VRT, épaulés par les médias indépendants Lighthouse Reports et Bellingcat, ont analysé des milliers de documents librement accessibles sur internet, de rapports, de photos, de vidéos, de cartes satellites.

Cette enquête, qui est baptisée #BelgianArms, confirme que des armes et composants d’armement made in Belgium ont été utilisés au Yémen, dans un conflit armé dont la population civile est la première victime. Ces équipements ont été livrés à l’Arabie saoudite, couverts par des licences octroyées par la Région wallonne, et n’étaient pas censés être utilisés en dehors du territoire saoudien.

Oui, l’industrie wallonne nourrit la guerre au Yémen

Pour en conclure que, oui, l’industrie wallonne mais aussi flamande nourrit cette guerre au Yémen dont la population civile est la première victime ; oui, des blindés légers ont récemment été vendus à la monarchie bahreïnie bien que celle-ci ait fait montre d’une rare violence à l’égard des manifestations pacifistes de 2011 ; oui, des armes belges sont utilisées par les cartels mexicains pour faire régner la terreur ; oui, des Belges ont aménagé des stands de tir aux Emirats arabes unis, un des pays les plus impliqués dans la guerre au Yémen. Oui, confirme l’enquête collective #BelgianArms, nos exportations d’armes pèchent par manque de contrôle et de transparence.

Quant au pistolet FN Five-Seven, pour lequel onze licences avaient été octroyées par la Wallonie au Mexique en 2015 et 2016, il est particulièrement apprécié par les cartels de drogue locaux. Ceux-ci surnomment l’arme de Herstal « Mata Policías » (« celui qui tue les policiers ») tant elle est réputée se moquer des gilets pare-balles et autres protections utilisées par les forces de l’ordre…

La Belgique, fournisseur d’armes officiel et controversé : notre enquête à découvrir sur Le Soir+

Des armes belges impliquées dans le conflit au Yémen, l’une des plus grandes crises humanitaires

Des blindés belges pour réprimer les manifestations au Bahreïn

Des stands de tir aux Emirats arabes unis imaginés par une entreprise limbourgeoise

Le pistolet FN Five-Seven, une arme prisée par les cartels mexicains

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite