Michel Claise, Grand Prix des Lycéens

«
Battez-vous
», a enjoint le juge d’instruction aux jeunes qui l’ont mis à l’honneur.
« Battez-vous », a enjoint le juge d’instruction aux jeunes qui l’ont mis à l’honneur. - René Breny.

Le juge d’instruction s’est adressé au large public d’adolescents de manière vibrante, en rappelant ses tournées dans les classes comme ont fait les quatre autres finalistes : « J’ai vécu avec vous des moments sacrés qui m’ont fait quitter le monde profane. Mais revenons-y cependant pour refléter le combat que je mène contre la criminalité financière ou celui que Geneviève Damas mène en faveur des réfugiés. Vous avez commencé à combattre à propos des changements climatiques. Il est temps que vous cultiviez les cris que vous avez lancés, que vous poursuiviez l’action. Je vous en prie : battez-vous ! »

Grande émotion et tonnerre d’applaudissements. Cette cérémonie est un plaisir biennal. Voir des centaines de jeunes venir supporter les auteurs, savoir que les prix sont remis par 2.300 élèves qui ont lu, décortiqué, analysé avec leurs professeurs les romans des cinq finalistes désignés par un jury, comprendre ainsi que les jeunes lisent, oui oui, et en plus réfléchissent, c’est formidable.

Les quatre autres finalistes étaient Marcel Sel avec Rosa (Onlit), Jean-Marc Ceci avec Monsieur Origami (Gallimard), Geneviève Damas avec Patricia (Gallimard) et Bernard Quiriny avec L’affaire Mayerling (Rivages). Chacun a reçu un prix, Rosa a reçu en plus celui des délégués. Cobre a été qualifié de chili con thriller. L’action se passe au Chili juste à la chute d’Allende, à la fois thriller et roman politique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite