Procès de l’assassinat de Valentin: le huis clos ordonné pour le visionnage des vidéos

©Belga
©Belga

La cour d’assises de Liège a ordonné jeudi matin, dans le cadre du procès de l’assassinat de Valentin Vermeesch, le huis clos pour le visionnage prévu dans l’après-midi des vidéos sur lesquelles on voit la victime subir les sévices infligés par les cinq accusés. Les bourreaux de Valentin, 18 ans et assassiné en mars 2017, avaient en effet filmé une partie des sévices qu’ils avaient infligé au jeune homme.

La cour d’assises a ainsi accédé à une demande émise mercredi par Me Alexandre Wilmotte, avocat des parties civiles, afin de préserver la mémoire de Valentin. L’avocate générale avait également estimé qu’il serait « inopportun d’infliger une humiliation post-mortem à Valentin ».

Lors de la diffusion des vidéos, qui avaient été retrouvées sur la tablette de Killian Wilmet, le plus jeune accusé, le public et la presse devront sortir de la salle d’audiences.

Alexandre Hart (21 ans), Belinda Donnay (22 ans), Dorian Daniels (22 ans), Loïck Masson (23 ans) et Killian Wilmet (18 ans, 16 ans au moment des faits) sont accusés d’assassinat, torture, traitement inhumain, viol, attentat à la pudeur, séquestration et menaces de mort, et coups et blessures sur la personne de Valentin Vermeesch. Les cinq Hutois avaient infligé une série de sévices à Valentin Vermeesch dans la nuit du 26 au 27 mars 2017 avant de le jeter dans la Meuse, les mains attachées dans le dos.

« Toute ma vie, je m’en voudrai », affirme Belinda Donnay

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Tout le désarroi de Pauline Leclef et de l’ensemble des Red Panthers.

    Euro de hockey: terrible désillusion pour les Red Panthers

  2. Le CEO d’AET, Yves de la Rivière, montre son domaine au jeune député Hannes Anaf (SP.A) lors d’un stage d’été organisé par le Voka.

    Flandre: une journée pour réconcilier patrons et députés

  3. Conscients que les petites bonbonnes de protoxyde d’azote attirent certains jeunes, des commerçants n’hésitent pas à les placer de façon bien visible sur leur comptoir.

    Un gaz hilarant qui ne fait pas vraiment rire tout le monde

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite