Accueil Opinions

SP.A: «Les Millennials d’aujourd’hui, vingt ans plus tard»

Un résumé de la nouvelle présentée par le Parti socialiste flamand. Plongée au cœur d’une génération qui vit au rythme du développement durable.

Temps de lecture: 3 min

Natasha Kouchnrenko et Joran Verstrepen appartiennent à la génération des Millennials, une génération qui a adopté les objectifs de développement durable (Sustainable Development goals). Ces objectifs sociaux, économiques et écologiques liés entre eux, inspirés des Nations Unies, ont ainsi servi de base à une politique davantage axée sur le bien-être général que sur la prospérité économique. Ces objectifs pouvaient également être lus comme des objectifs sociaux-démocrates (Social Democratic Goals).

Natascha est née en Ouzbékistan de parents russes. Elle a grandi en Flandre. C’est une fille de l’immigration, devenue belge. En prenant la nationalité belge, elle pensait que cela allait lui permettre d’être reconnue flamande, mais cela n’a pas changé les réactions vis-à-vis de son nom de famille. Mais devenir belge, c’était surtout devenir une Européenne parmi les Européens, avec des valeurs qui font la dignité de l’individu : démocratie, Etat de droit, égalité et droits fondamentaux.

Joran provient d’une famille de parents hautement qualifiés, mais sans doute, à cause de son autisme, il a vite abandonné l’école qu’il trouvait confuse et pesante. Il est alors allé travailler dans des conditions précaires, dans le cadre d’un contrat zéro-heures (une relation de travail où l’employeur ne fait travailler le salarié que lorsqu’il en a besoin). Il a ensuite contribué plusieurs années comme ouvrier à la construction du système de chauffage circulaire (Warmtering) autour de la ville. Ce système permet de récupérer la chaleur émise par l’industrie du port et de chauffer toutes les maisons et les bureaux de la ville sans aucune émission de CO2. Grâce à une formation financée par les fonds de transition, il est maintenant informaticien et travaille dans un réseau des fermes urbaines, qui fournit légumes, fruits et protéines pour des repas gratuits à toutes les écoles de la ville

Natasha et Joran vivent dans un monde où « les plus âgés votent progressiste exactement comme les jeunes », un monde hyperconnecté, où les inégalités entre hommes et femmes ont été abolies. Un monde où une transition vers une économie durable a pu être réalisée, malgré les résistances de départ des plus âgés, grâce à la création d’un European Common Wealth, un système permettant à tous de bénéficier gratuitement des services de base à l’échelle européenne, tels les transports, l’enseignement ou les soins de santé. L’énergie n’est pas gratuite mais a un faible coût, de telle sorte qu’elle est accessible à tous. Ce système a été mis en place grâce à un politique de redistribution, financée par des impôts équitables levés sur les multinationales et les super-riches. Le pouvoir n’est plus concentré dans les capitales, les villes et régions sont devenues les cœurs de la politique. Dans ce grand réseau collaboratif d’institutions proches, les citoyens peuvent plus facilement avoir une influence sur la politique, au niveau local comme au niveau européen. La ville dans laquelle ils vivent est entourée d’un grand parc. Et de temps à autre, une voiture (Oldtimer) passe ; elle fait du bruit et sent mauvais, rappelant un autre temps. Ce temps n’est plus celui de Natasha : son temps, c’est maintenant.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une