Accueil Société Enseignement

Les programmes électoraux à la loupe : faut-il filtrer l’accès aux études supérieures?

Tous les jours jusqu’aux élections du 26 mai, « Le Soir » décrypte les programmes des partis. Avec un objectif : vous aider à voter selon vos convictions.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

L’application stricte des quotas de diplômés en médecine par le gouvernement fédéral a lancé une saga sans précédent autour des filtres à l’entrée dans les études supérieures. Alors qu’ils existent depuis très longtemps – sans faire polémique – dans l’enseignement artistique et à la porte des facultés d’ingénieurs, ils ont défrayé la chronique pour les études médicales : test d’aptitude non contraignant puis concours de fin de première, puis examen d’entrée pour la médecine humaine ; test d’aptitude puis concours de fin de première pour la médecine vétérinaire. Va-t-on généraliser ces pratiques, au nom, par exemple d’économies à faire dans l’enseignement supérieur ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bayens Remi, vendredi 10 mai 2019, 13:01

    Personne n'a jamais critiqué l'examen d'entrée pour les ingénieurs et à l'école militaire. Le résultat est probant si l'on voit le taux d'e réussite dans les premières années.Dans une école supérieure d'ingénieurs industriels, un test non contraignant avait été organisé un test lors du premier trimestre pour la première année catastrophique. L'examen d'admission, qui n'est pas un concours, est un requis indispensable pour diminuer le taux d'échec dans les années qui suivent et permettra d'économiser beaucoup de temps et d'espérances. Il faut savoir ce que l'on veut et ne pas gaspiller du temps et de l'argent inutilement. Il est aussi dommage que les médias qui portent une grande responsabilités se limitent à aux aspects culturels qui montrent surtout les aspects 'people' comme médecine et les arts et pas les activités industrielles et techniques qui créent réellement de la plus value.

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs