Accueil Économie Mobilité

La Wallonie va développer des stations de carburant hydrogène pour les transports publics

L’hydrogène permet notamment de réduire les émissions de gaz à effet de serre de certains secteurs pour lesquels les alternatives bas carbone sont rares, voire inexistantes.

Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement wallon a approuvé, ce jeudi, le lancement d’un appel à candidats pour la mise en place de deux stations de production et de distribution d’hydrogène à partir d’électricité produite en Wallonie visant à alimenter des flottes de bus publics.

Concrètement, l’appel à candidats porte sur l’installation et l’exploitation d’une station de production et de distribution d’hydrogène à partir d’électricité produite en Wallonie visant à alimenter une flotte captive de bus dans l’arrondissement de Charleroi. Il concerne par ailleurs l’installation et l’exploitation d’une station de production et de distribution d’hydrogène à partir d’électricité sur le site de l’aéroport de Liège visant à alimenter une ou plusieurs flottes captives, dont des bus.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Produit à partir de sources d’énergie décarbonée, l’hydrogène permet notamment de réduire les émissions de gaz à effet de serre de certains secteurs pour lesquels les alternatives bas carbone sont rares, voire inexistantes. Il peut être utilisé comme matière première en industrie, comme combustible pour la production d’électricité, comme gaz ou comme carburant.

En utilisant l’hydrogène comme carburant, l’Opérateur de transport de Wallonie (OTW) pourrait atteindre son objectif environnemental, visant à une diminution de 30 % des émissions de CO2 par kilomètre en charge en moyenne pour l’ensemble des services, toutes activités comprises, par rapport aux émissions actuelles, soulignent ce jeudi les ministres wallons de l’Energie, Jean-Luc Crucke, et des Transports, Carlo Di Antonio.

Le coût de production de l’hydrogène supérieur aux carburants fossiles

Selon ces derniers, le coût de production de l’hydrogène restant supérieur à celui de ses équivalents carburants fossiles, il devra être compensé par une subvention et, le cas échéant, par une avance récupérable octroyée à chacun des deux projets pour la production et la distribution d’hydrogène.

À cet effet, le gouvernement régional a prévu des avances récupérables d’un montant estimé à 8 millions d’euros pour les deux projets ainsi que des subventions de l’ordre de 8,7 millions d’euros. Il a également prévu de soutenir l’acquisition et l’exploitation du matériel roulant par le biais de sa politique de verdissement de la flotte de bus et l’amélioration de la mobilité autour des aéroports wallons. La Wallonie a enfin sollicité une aide européenne dans le cadre des subventions JIVE.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 9 mai 2019, 23:10

    Actuellement, pratiquement 100% de l'hydrogène produite l'est à partir de carburant fossile, et pas d'eau comme on pourrait le penser. Ici, ça n'est pas clair, mais si l'électricité qui sert à produire cette hydrogène est produite par la combustion de carburants fossiles (pétrole, charbon ou gaz), alors c'est peine perdue. De plus, les installations sont complexes donc coûteuses, et énergivore (il faut beaucoup d'énergie pour maintenir l'hydrogène liquide et la transporter). Si l'hydrogène est produite à 100% par du renouvelable (éolien, hydrolien ou solaire) et avec de l'eau H2O (et pas un hydrocarbure fossile, comme c'est généralement le cas) alors c'est une possibilité verte MAIS coûteuse. Vu le faible rendement des piles à combustibles et la production de l'énergie nécessaire à partir au mieux de gaz naturel, par exemple, alors l'investissement environnemental est carrément négatif. Il serait en effet bien plus efficace de brûler ce gaz directement dans le moteur. Actuellement, a fortiori pour des flottes captives comme c'est le cas ici, le 100% électrique sur batteries est moins cher à l'achat, bien moins cher à la maintenance et nettement plus efficace au total que la pile à combustible. L'hydrogène reste une solution complexe donc chère, et selon son moyen de production moyennement "vert" à pas vert du tout.

Plus de commentaires

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb