La Wallonie va développer des stations de carburant hydrogène pour les transports publics

© VDN
© VDN

Le gouvernement wallon a approuvé, ce jeudi, le lancement d’un appel à candidats pour la mise en place de deux stations de production et de distribution d’hydrogène à partir d’électricité produite en Wallonie visant à alimenter des flottes de bus publics.

Concrètement, l’appel à candidats porte sur l’installation et l’exploitation d’une station de production et de distribution d’hydrogène à partir d’électricité produite en Wallonie visant à alimenter une flotte captive de bus dans l’arrondissement de Charleroi. Il concerne par ailleurs l’installation et l’exploitation d’une station de production et de distribution d’hydrogène à partir d’électricité sur le site de l’aéroport de Liège visant à alimenter une ou plusieurs flottes captives, dont des bus.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Produit à partir de sources d’énergie décarbonée, l’hydrogène permet notamment de réduire les émissions de gaz à effet de serre de certains secteurs pour lesquels les alternatives bas carbone sont rares, voire inexistantes. Il peut être utilisé comme matière première en industrie, comme combustible pour la production d’électricité, comme gaz ou comme carburant.

En utilisant l’hydrogène comme carburant, l’Opérateur de transport de Wallonie (OTW) pourrait atteindre son objectif environnemental, visant à une diminution de 30 % des émissions de CO2 par kilomètre en charge en moyenne pour l’ensemble des services, toutes activités comprises, par rapport aux émissions actuelles, soulignent ce jeudi les ministres wallons de l’Energie, Jean-Luc Crucke, et des Transports, Carlo Di Antonio.

Le coût de production de l’hydrogène supérieur aux carburants fossiles

Selon ces derniers, le coût de production de l’hydrogène restant supérieur à celui de ses équivalents carburants fossiles, il devra être compensé par une subvention et, le cas échéant, par une avance récupérable octroyée à chacun des deux projets pour la production et la distribution d’hydrogène.

À cet effet, le gouvernement régional a prévu des avances récupérables d’un montant estimé à 8 millions d’euros pour les deux projets ainsi que des subventions de l’ordre de 8,7 millions d’euros. Il a également prévu de soutenir l’acquisition et l’exploitation du matériel roulant par le biais de sa politique de verdissement de la flotte de bus et l’amélioration de la mobilité autour des aéroports wallons. La Wallonie a enfin sollicité une aide européenne dans le cadre des subventions JIVE.

Sur le même sujet
Ressources naturelles
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite