Accueil Grands formats

Violences faites aux femmes : non c’est non

Alors que les langues se délient depuis l’affaire Weinstein, les victimes d’agressions sexuelles attendent que des décisions fortes soient prononcées. Récits de femmes au cœur d’une procédure judiciaire.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Depuis l’avènement des hashtags #BalanceTonPorc et #MeToo, la société a pris conscience d’un fait : des femmes se font agresser, chaque jour. Harcèlements de rue, agressions sexuelles, violences… ce phénomène ne date pas d’hier. Aujourd’hui, malgré l’étonnante émulation autour de ce mouvement, malgré des partis pris grandissants et des actions féministes aux quatre coins du monde, certaines femmes n’osent pas franchir le seuil des commissariats pour dénoncer ces faits. Lorsqu’elles le font, les décisions judiciaires fortes se font attendre. Que deviennent ces plaintes ? La vague féministe a-t-elle atteint toutes les sphères de la société ? Comment les institutions judiciaires pallient-elles le manque de preuves ? Détails d’une procédure nouvelle qui atteste d’un tournant dans l’Histoire féminine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Grands formats

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs