Accueil Fiscalité

Les programmes électoraux à la loupe: faut-il faire payer les millionnaires?

Le pouvoir d’achat est au centre des débats avant ces élections. PS, Ecolo et PTB ont fait de l’impôt sur la fortune un marqueur de gauche en Belgique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

PS, Ecolo et PTB ont fait de l’impôt sur la fortune un marqueur de gauche en Belgique. En effet, les trois partis proposent chacun leur propre version de l’impôt sur la fortune.

Si le PS parle d’un « impôt sur les grands patrimoines », Ecolo d’une « cotisation de crise sur les grands patrimoines » et le PTB de l’« impôt des millionnaires », les formules présentent des modalités assez semblables.

Notamment sur la base taxable. Pour les socialistes et pour les verts, l’impôt sur la fortune ne frapperait pas la maison familiale, ni le patrimoine affecté à l’activité professionnelle. Le parti de la gauche radicale limite cependant cette exonération de la maison d’habitation et des actifs professionnels, à concurrence, dans chacun des cas, de 500.000 euros.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Ask Just, samedi 11 mai 2019, 20:54

    Quand on voit la photo d'illustration, on se dit qu'on devrait taxer les fautes de goût

  • Posté par Leroy Maî, samedi 11 mai 2019, 20:04

    Mais donc, il faudra un cadastre des "fortunes" ... pour peu que l'on puisse parler de fortunes pcq les fortunés partiront ... !!! "Big brother is watching you" ...

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 11 mai 2019, 17:03

    On parle d'une taxe minime sur des patrimoines dépassant le million d'euros càd une taxe qui n'impacterait en rien le niveau de vie des personnes ainsi imposées. Pas de quoi hurler, vraiment !

  • Posté par Homer Media , samedi 11 mai 2019, 14:08

    Le problème de base: trop peu de travailleurs dans le privé en Wallonie (27% de la population contre 37% en Flandre), donc trop peu de création de richesse en interne pour nourrir les autres. La solution: aller chercher auprès de ceux qui ne pourront pas empêcher la ponction. Etape 1: les colonies: fait mais il n'y en a plus, Etape 2: les générations futures (n'étant pas là, elles se taisent): fait, 450 milliards d'euros, avec une dette de 100% du PNB, Etape 3: les voisins qui ne votent pas (Flandre surtout: fait mais attention car ils ne se taisent plus). Etape 4: les travailleurs privés (les 27%). Fait mais plus moyen d'augmenter car on a le record du monde. Etape 5: ceux qui ne peuvent pas bouger, le patrimoine et la richesse accumulée des belges, 2500 milliards d'euros. Intenable à terme bien sûr. La seule solution étant de (1) augmenter le % de travailleurs actifs dans le privé et créant de la richesse et (2) limiter les dépenses à maximum 30% du PNB...

  • Posté par NOBEN Karl, dimanche 12 mai 2019, 10:12

    "trop peu de travailleurs dans le privé donc trop peu de création de richesse". Il faudrait tout de même argumenter cette image d'épinal. En Chine, 100% des travailleurs sont dans l'économie planifiée et pourtant l'argent rentre... Les indicateurs de création de "richesse" sont comme ceux du QI, ils ne mesurent que ce qu'ils ont eux-même contribué à normaliser. Un hectare de Maïs OGM est considéré comme une richesse produite alors qu'il conte plus qu'il ne rapporte en intégrant les ravages de la malbouffe et la destruction des sols agricoles... Par contre Une heure d'infirmière publique auprès d'un senior "inactif" est une pure perte alors qu'elle permet aux proches du bénéficiaires d'aller "faire tourner le business" sans trop se soucier de leur vieux parent...

Plus de commentaires

Aussi en Fiscalité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs