Accueil Société

La sécurité alimentaire freine encore trop les dons aux démunis

Les acteurs de la redistribution de nourriture invendue exposent comment leur faciliter la tâche. Leurs demandes seront transmises au prochain gouvernement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

La législation en matière de sécurité alimentaire limite actuellement les possibilités de dons aux plus démunis. » Pas moins de 69 % des acteurs belges du don alimentaire interrogés par l’Afsca sont d’accord avec cette affirmation. De quoi refroidir l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire ? Pas du tout ! Celle-ci est même partie de ce constat pour organiser, ce vendredi matin à Bruxelles, une grande réunion inédite autour de l’adéquation entre cette législation et la réalité de terrain. Banques alimentaires, associations offrant des repas, grande distribution, services publics fédéraux, régionaux et communaux ; en tout, ce sont une vingtaine de chevilles ouvrières du don alimentaire qui ont débattu, pour la première fois toutes ensemble avec l’Afsca, de ce qu’il conviendrait d’améliorer dans les pratiques de l’agence et, surtout, dans la législation. Avec ce but commun : offrir de la nourriture fiable à un maximum de personnes dans le besoin.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Gits Gisèle, samedi 11 mai 2019, 9:18

    En novembre 2018 , j'étais en centre de revalidation suite à une opération. J'ai vu jeter des assiettes pleines de nourriture à laquelle les patients n'avaient pas touché. Offusquée, j'ai demandé la raison de ce gaspillage honteux . La réponse donnée fut " interdiction de l'AFSCA , tout doit être jeté " . J'ai alors demandé si les refuges pour animaux ou les éleveurs de poules ne pouvaient pas en profiter, " c'est également interdit " m'a-t-on répondu. Pour raison d'hygiène ! Il m'est arrivé de voir, le soir, à Bruxelles-ville , des personnes fouillant les poubelles près de fast-food. Et, tous les gens qui ont des poules, leur donnent tous les déchets de cuisine sans que jamais celles-ci n'en deviennent malades. Que l'AFSCA s'occupe des fraudes en matière d'importation de viandes périmées, de problèmes sanitaires dans les élevages et de l'hygiène dans les frigos et cuisines de restaurant est une chose excellente et indispensable. Mais combien d'entre nous mangent , sans problème, une tranche de jambon dont la date de péremption est dépassée depuis 3 ou 4 jours ? N'exagérons pas, l'excès nuit en tout.

  • Posté par LIENARD NORBERT, samedi 11 mai 2019, 10:22

    Si un problème se présente les associations se jetterait pour faire un procès là est le soucis et si quelqu'un prend dans une poubelle personne ne sera responsable les fautifs sont ceux qui ont voulu récupérer de l argent alors maintenant personne ne veut courir de risques

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs