Accueil Culture Livres

Jean Ray, maître de l’épouvante, entre ombre et mensonge

La Maison Autrique exorcise les maléfices et les « épouvantements » de l’auteur le plus fantasmagorique de la littérature belge.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Dans le roman Trafic aux Caraïbes, Henri Vernes, l’auteur de Bob Morane fait le portrait de Tiger Jack : «  L’œil gris-vert, un peu globuleux sous de lourdes paupières, avait la froideur d’éclats de verre, le nez courbe d’Indien des plaines faisait songer à un fer de hache et la bouche grande, sans lèvres, serrée et aux commissures légèrement tombantes, avait tout du piège. En outre, ce visage qui, au Moyen Âge, aurait immanquablement fait penser à un masque de bourreau, ne semblait pas taillé dans de la chair, mais dans une matière grise comme la pierre ponce, une matière que tous les soleils, tous les vents avaient caressée, mais sans la marquer. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs