Robin Vanderbemden après les Relais Mondiaux: « La preuve qu’on peut aussi le faire sans les jumeaux »

Robin Vanderbemden après les Relais Mondiaux: « La preuve qu’on peut aussi le faire sans les jumeaux »
Photo News

Doublement décapités par les absences de Kevin et Jonathan Borlée, les Belgian Tornados se sont néanmoins qualifiés sans grande difficulté pour la finale A du 4x400 m messieurs des Relais Mondiaux, samedi à Yokohama, au Japon. «C’est tout simplement la preuve qu’on peut aussi le faire sans les jumeaux», en concluait Robin Vanderbemden. Deuxièmes de leur série en 3:03.70, les Belges ont en outre leur billet pour les mondiaux de Doha en poche.

Vanderbemden, satisfait de sa prestation personnelle, insistait cependant surtout sur l’oeuvre collective réalisée par un quatuor rajeuni, privé de de ses deux piliers.

« Pas surpris »

«Honnêtement, je ne suis pas surpris», avouait-il. «J’étais au contraire convaincu, et les autres aussi, que le handicap n’était pas insurmontable. Cette équipe avait en effet déjà eu l’occasion de faire ses preuves en séries à l’Euro de Berlin. Il y aura toujours des athlètes qui s’en vont, reviennent, arrivent ou manquent à l’appel. Mais dans tous les cas le 4x400 m belge a un très bel avenir devant lui...»

Julien Watrin a dû remplacer Jonathan Borlée au pied levé. «Je l’ai appris juste avant l’échauffement», explique-t-il. «C’était déjà arrivé par le passé mais cette fois, j’ai quand même pu me préparer très sereinement. Je savais aussi dès la veille au soir qu’en cas de forfait de Jonathan, ce serait à moi de monter au feu en troisième relayeur. A partir de là j’ai tout fait comme si c’était une certitude. J’étais donc parfaitement préparé à assumer le rôle qui m’a effectivement été confié.»

Watrin pas totalement satisfait de lui-même

Enchanté de la qualification pour la finale A, et surtout pour Doha, Watrin l’était moins de sa propre performance. «Je ne suis pas parfaitement sorti du tournant final», regrettait-il en effet. «Et cela a influencé ma ligne droite, qui aurait pu et dû être meilleure. Mais à ma décharge, c’était ma première course en plein air de l’année, et je ne peux donc que progresser lors des suivantes qui arrivent...», conclut Watrin, qui devait ensuite disputer le relais mixte avec notamment Dylan Borlée, appelé à se substituer à Jonathan Sacoor, épuisé

«C’est une surprise, mais cela va aller», assurait-il, avant de confirmer en piste.

Mais la victoire belge en série a ensuite été invalidée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous