Eurovision: manifestation à Bruxelles pour dénoncer l’organisation de l’événement en Israël

Manifestation à vélo dans Bruxelles pour dénoncer l’organisation de l’Eurovision en Israel ©Belga
Manifestation à vélo dans Bruxelles pour dénoncer l’organisation de l’Eurovision en Israel ©Belga

Entre 50 et 100 cyclistes se sont rassemblés samedi matin de 10h à 11h à l’entrée du parc du Cinquantenaire, à hauteur de la petite rue de la Loi à Bruxelles, pour dénoncer l’organisation de l’Eurovision de la chanson en Israël. Ils sillonneront les rues de la capitale toute la journée durant.

Le groupe s’est arrêté vers midi devant les studios de la RTBF et de la VRT pour appeler la direction de ces deux chaînes à renoncer à la retransmission du Concours Eurovision 2019. Cette excursion militante se terminera en fin d’après-midi par un rassemblement sur la place de la Monnaie dans le centre de Bruxelles. L’arrivée est prévue à 16h. Diverses activités seront proposées aux participants et aux passants.

La colonisation des territoires palestiniens dénoncée

Cette manifestation est organisée par le groupe ViaVelo Palestina, avec le soutien de diverses associations parmi lesquelles Présence et Action Culturelle (PAC), l’Association Belgo-Palestinienne, le CNCD 11.11.11. ou encore le syndicat CGSP-ACOD. Elle s’inscrit dans le cadre de la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) qui cible Israël.

Marianne Samray, coordinatrice de ViaVelo Palestina, explique qu’il s’agit de la 13e édition de cette excursion à vélo pour dénoncer la colonisation des territoires palestiniens occupés et le blocus de Gaza. Cette année, elle cible plus particulièrement l’Eurovision. « Israël organise l’Eurovision de la chanson et cela nous choque parce que cela nous semble être une entreprise de camouflage de toutes les horreurs qui se passent en Palestine », défend Marianne Samray. « Nous trouvons que ces paillettes, ces flonflons et ces chansons n’ont pas lieu d’être dans un pays qui est en guerre permanente ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite