Grez-Doiceau: plusieurs centaines de personnes mobilisées pour la régularisation d’une famille afghane

Manifestation pour la famille Yusufi © Belga
Manifestation pour la famille Yusufi © Belga

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dimanche matin à l’école communale de Grez-Doiceau, pour entamer une marche en faveur de la famille Yusufi. Cette famille afghane de cinq enfants a reçu un ordre de quitter le territoire et priée de se présenter dans un centre ouvert alors qu’ils sont arrivés en Belgique il y a cinq ans, et que les enfants suivent une scolarité exemplaire. Des parents d’autres élèves, des habitants du village et des citoyens se mobilisent pour leur éviter d’être expulsés.

Il s’agit de la deuxième marche de solidarité avec la famille Yusufi organisée à Grez-Doiceau, et le collectif qui souhaite que la famille afghane ne soit pas expulsée s’étoffe de jour en jour. Présents lors de la marche de dimanche matin, les Yusufi estiment qu’ils seraient en danger s’ils étaient renvoyés dans leur pays natal, dans le village de Shorab. Une lettre ouverte a été adressée par le collectif à la ministre Maggie De Block, pour demander un réexamen de leur dossier. En Belgique, trois des enfants sont scolarisés à l’école communale de Grez-Doiceau, et les deux autres au CEPES de Jodoigne.

« Nous avons recueilli plus de 3.000 signatures en faveur de la famille Yusufi et obtenu le soutien de personnalités comme Philippe Geluck, Axelle Red ou encore Eric-Emmanuel Schmitt. La lettre ouverte sera lue en fin de manifestation : le message aujourd’hui, c’est d’obtenir une réponse rapide pour pouvoir rassurer cette famille, pour qu’elle ne soit pas enlevée de force, pour qu’elle bénéficie de la liberté de vivre comme nous, après avoir reconstruit une vie en Belgique depuis cinq ans », indique Steven Lemaire, enseignant de l’école de Grez-Doiceau et membre du collectif.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite