Grez-Doiceau: plusieurs centaines de personnes mobilisées pour la régularisation d’une famille afghane

Manifestation pour la famille Yusufi © Belga
Manifestation pour la famille Yusufi © Belga

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dimanche matin à l’école communale de Grez-Doiceau, pour entamer une marche en faveur de la famille Yusufi. Cette famille afghane de cinq enfants a reçu un ordre de quitter le territoire et priée de se présenter dans un centre ouvert alors qu’ils sont arrivés en Belgique il y a cinq ans, et que les enfants suivent une scolarité exemplaire. Des parents d’autres élèves, des habitants du village et des citoyens se mobilisent pour leur éviter d’être expulsés.

Il s’agit de la deuxième marche de solidarité avec la famille Yusufi organisée à Grez-Doiceau, et le collectif qui souhaite que la famille afghane ne soit pas expulsée s’étoffe de jour en jour. Présents lors de la marche de dimanche matin, les Yusufi estiment qu’ils seraient en danger s’ils étaient renvoyés dans leur pays natal, dans le village de Shorab. Une lettre ouverte a été adressée par le collectif à la ministre Maggie De Block, pour demander un réexamen de leur dossier. En Belgique, trois des enfants sont scolarisés à l’école communale de Grez-Doiceau, et les deux autres au CEPES de Jodoigne.

« Nous avons recueilli plus de 3.000 signatures en faveur de la famille Yusufi et obtenu le soutien de personnalités comme Philippe Geluck, Axelle Red ou encore Eric-Emmanuel Schmitt. La lettre ouverte sera lue en fin de manifestation : le message aujourd’hui, c’est d’obtenir une réponse rapide pour pouvoir rassurer cette famille, pour qu’elle ne soit pas enlevée de force, pour qu’elle bénéficie de la liberté de vivre comme nous, après avoir reconstruit une vie en Belgique depuis cinq ans », indique Steven Lemaire, enseignant de l’école de Grez-Doiceau et membre du collectif.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite