Hockey: le Léopold remporte son 28e titre de champion de Belgique en s’imposant face au Beerschot (vidéos)

©Belga
©Belga

Le Léopold a décroché ce dimanche le 28e titre de son histoire en s’imposant 3-4 face au Beerschot dans la deuxième manche de la finale des playoffs de hockey sur gazon.

Après une première manche indécise qui s’était décidée dans les dernières secondes grâce à une égalisation à six secondes du terme du Beerschot (NDLR : 2-2), la manche retour de la finale messieurs entre le Léopold Uccle et le Beerschot promettait d’être tout aussi serrée ce dimanche. Septante minutes pour écrire l’histoire pour les deux clubs dans une compétition dominée ces dix dernières saisons par le Watducks et le Dragons.

Rapidement, on comprenait que le Léo avait les moyens de prendre le match à son compte, mais c’est bien le Beerschot qui ouvrait la marque grâce à Thomas Carson. Malgré un nombre incalculable d’offensives, les Anversois bouclaient le premier quart aux commandes (1-0).

La pression du Léo s’intensifiait alors et Arthur Verdussen concluait enfin une occasion bruxelloise (1-1), pour remettre les deux formations à égalité.

Le troisième quart allait confirmer une chose : les Ucclois étaient les plus solides et n’avaient qu’à ajuster leurs frappes dans le cercle pour prendre le dessus sur le Bee. Pourtant, c’est bien Verhoeven qui redonnait l’avantage aux Anversois avant que Kane Russel, sur p.c n’égalise (2-2) avant un nouveau but sur p.c des Ucclois via Lewis Eaton (2-3).

Un avantage à l’issue du troisième quart que les Rouge et Blanc n’allaient plus laisser filer entre leurs mains, notamment grâce au 2e but inscrit par Kane Russell, cette fois-ci sur stroke (2-4). Un but qui avait le don de réveiller les Anversois qui réduisait la marque sur un p.c transformé par Thomas Carson (3-4).

Les Mauves lançant toutes leurs forces dans la bataille, les Bruxellois devaient faire le dos rond devant leur cercle pour conserver leur avantage alors que le staff anversois décidait de jouer les trois dernières minutes sans gardien et avec un joker dans le jeu.

Au terme de ce quatrième quart plus nerveux, le Léo pouvait exulter et soulever le 28e titre de son histoire, 14 ans après le dernier décroché en 2005.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite