Jacques Borlée aux Mondiaux de relais: «C’est comme si les Diables rouges jouaient sans Eden Hazard» (vidéo)

photo news
photo news

Malgré des absences importantes, aussi bien les Tornados, les Cheetahs que le relais mixte sont parvenus à décrocher leur ticket pour les Mondiaux d’athlétisme qui se disputent à Doha cet automne.

« C’est comme si les Diables Rouges jouaient sans Eden Hazard, tant pour le relais messieurs que pour le relais dames », a commenté Jacques Borlée après les courses de ce dimanche. « Cynthia Bolingo et Kevin Borlée n’étaient pas là et toute l’équipe s’est dépassée pour compenser ces absences. Avec Cynthia et Kevin, on aurait été sans aucun doute encore plus étonnants. Les Cheetahs ont été extraordinaires et chapeau à Jonathan Sacoor qui s’est sacrifié en disputant deux courses l’une après l’autre. »

« Un bon entraînement »

Alors que Dylan Borlée était encore au sol et que son frère Jonathan tenait à peine debout, Jonathan a en effet dû se remobiliser très rapidement pour prendre part au relais mixte en tant que dernier relayeur. « C’est la chose la plus dure que j’ai eue à faire dans ma vie », a soupiré Sacoor après cette journée exténuante. « Mes jambes étaient encore pleine d’acide lactique. Recommencer à nouveau et tout donner une nouvelle fois, c’est le genre de choses auxquelles ton corps n’est pas habitué. Enfin soit, ça consitue un bon entraînement. »

L’objectif de la délégation belge – qualifier les trois équipes de 4x400m pour les Mondiaux – est donc repli. « C’est très bon pour l’athlétisme belge. On a de bonnes perspectives pour le futur à Doha. Ça apporte beaucoup d’enthousiasme chez nos athlètes. On a réussi à faire tout cela grâce à la préparation, le désir de bien faire les choses, la fixation des objectifs, le soutien de Sport Vlaanderen et de l’ADEPS mais nous avons réalisé un petit miracle aujourd’hui. La médaille de bronze avec les Tornados est un véritable exploit. »

La délégation belge n’aura toutefois pas l’occasion de fêter ça longtemps. « Nous partons demain matin à 5h15 », explique Jacques Borlée. « La saison débute seulement et nous avons envie de bien figurer dans les compétitions d’ici 10 à 15 jours. » Jonathan Sacoor préfère lui aussi récupérer. « Je vais tout d’abord faire un bain dans la glace. Je pense que ce sera un peu compliquer de danser », a-t-il plaisanté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite