Robin Geens, coach du Léopold: «Le physique a fait la différence en notre faveur»

belga
belga

«  Nous savions que le Beerschot pouvait nous réserver des surprises et ce fut le cas samedi, mais j’ai été particulièrement heureux de la mentalité de mes joueurs dimanche », a expliqué le coach du ’Great Old’ Robin Geens. « Si j’analyse maintenant avec un peu de recul, je pense que nous étions plus fort physiquement et que ce qui a fait la différence, c’est que nous avons pu aller un peu plus loin dans l’effort ».

Ses joueurs, menés au score après le premier quart-temps, ont longtemps butté sur le bloc défensif des Ours. « Harry Verhoeven est un gardien fantastique qui a fait une première mi-temps irréprochable et Arthur De Sloover un défenseur incroyable pour le Beerschot. Nous avons essayé de les contourner et heureusement, nous parvenons à égaliser avant la pause. Comme je voyais que le Bee commençait à perdre confiance derrière, j’ai demandé à mes joueurs d’amener un maximum de balles à proximité du gardien adverse pour jouer les rebonds et cela nous a réussi. Un titre, où j’ai peut-être apporté ma pierre à l’édifice, mais que je vois surtout important pour le club, les supporters, le président et l’entourage de l’équipe, » conclut Robin Geens.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le duo d’informateurs, Joachoim Coens et Gerorges -Louis Bouchez, à leur arrivée chez le roi ce lundi.

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

  3. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite