Tour d’Italie: la 2e étape pour Ackermann, Roglic reste leader (vidéo)

©Belga
©Belga

Pascal Ackermann (BORA-hansgrohe) a remporté la 2e étape du Tour d’Italie, qui reliait Bologne à Fucecchio sur une distance de 205 km dimanche. Le champion d’Allemagne s’est imposé au sprint devant l’Italien Elia Viviani (Deceuninck-QuickStep) et l’Australien Caleb Ewan (Lotto Soudal). Jasper De Buyst (Lotto Soudal) a terminé 8e et premier Belge.

L’échappée matinale, formée en tout début de course, a été reprise à 7 km de l’arrivée, lorsque les Italiens Marco Frapporti (Androni), Damiano Cima (Nippo-Vini Fantini) et Mirco Maestri (Bardiani-CSF) et le François Bidard (AG2R-La Mondiale), les derniers fuyards, ont été rejoints par le peloton, qui a alors préparé le sprint final.

Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a conservé le maillot rose de leader qu’il avait endossé samedi à la suite de son succès dans le contre-la-montre de Bologne.

Pascal Ackermann, 25 ans, a enlevé dimanche la 13e victoire de sa carrière, la 4e cette année après la Clasica de Almeria, la Bredene Coxyde Classic et Eschborn-Francfort.

Lundi, la 3e étape mènera le peloton de Vinci à Orbetello sur 219 km.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il a remporté la Schwalbe Classic Adelaide ce dimanche. @News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Caleb Ewan veut frapper d’entrée

  • @News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Sam Bennett, la nouvelle attraction de Deceuninck

  • Les coureurs de Circus-Wanty-Gobert peaufinent leur condition à Alfas del Pi.

    Par Eric Clovio, Envoyé spécial à Alfas del Pi

    Route

    Pour Circus-Wanty Gobert, le printemps sera chaud

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite