Eredivisie: l’Ajax Amsterdam officieusement champion des Pays-Bas

afp
afp

Trois points séparent les deux équipes à une journée du terme mais l’Ajax (+84) compte une différence de buts nettement supérieure au PSV (+70) qui ne peut donc plus refaire son retard.

Éliminés en demi-finale de Ligue des Champions au bout du suspense par Tottenham mercredi, les Lanciers terminent donc la semaine en beauté en couronnant une saison extraordinaire. L’Ajax n’avait plus été champion depuis 2014.

Les Ajacides avaient pourtant très mal débuté la rencontre ce dimanche. Le jeune Belge Othman Boussaid, 19 ans, a en effet ouvert le score en faveur d’Utrecht après une minute de jeu et marqué son premier but de la saison. Remplacé à la mi-temps, Boussaid a vu son équipe se faire remonter par les buts d’Huntelaar (14e), van den Beek (45e+1) et Tadic (76e et 79e).

Le PSV s’est lui fait surprendre par un but de Til (49e) auquel il n’a pas su réagir. Le Belge Dante Rigo est resté sur le banc n’a pas joué.

On notera également la défaite 0-2 de Feyenoord contre La Haye à l’occasion du dernier match de la carrière de Robin van Persie. L’équipe de Rotterdam est tout de même assurée de terminer 3e.

En fond de classement, des verdicts sont également tombés. Le NAC Breda est officiellement relégué après défaite 2-1 contre Heerenveen. De Graafschap et l’Excelsior Rotterdam joueront quant à eux les barrages pour éviter la relégation.

De Graafschap s’est incliné 6-1 contre Vitesse qui a fait jouer Charly Musonda Jr. dans le dernier quart d’heure. Vitesse (6e) s’est d’ailleurs assuré d’une place dans les play-offs pour l’Europa League.

L’Excelsior a quant à lui obtenu une victoire inutile 4-5 contre Heracles. Dario van Den Buijs a joué tout le match dans les rangs de Herakles tout comme Siebe Horemans et Herve Matthys pour l’Excelsior.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite